Ligne de chemin de fer de Semmering

Découvrir la ligne de chemin de fer de Semmering

La ligne de chemin de fer de Semmering, construite entre 1848 et 1854 pour permettre de traverser 41 km de hautes montagnes, compte parmi les grandes prouesses de génie civil dans les premiers temps de la construction ferroviaire. Du fait de la qualité de ses tunnels, viaducs et autres ouvrages, la ligne est demeurée en service de manière ininterrompue jusqu’à nos jours. Elle traverse un paysage montagneux spectaculaire, où de nombreux édifices de qualité destinés aux loisirs ont pu être construits grâce à l’ouverture de la région avec l’arrivée du chemin de fer.

Valeur universelle exceptionnelle de la ligne de chemin de fer de Semmering

Brève synthèse

La ligne de chemin de fer du Semmering, construite entre 1848 et 1854 sur 41 km haute montagne, compte parmi les grandes prouesses de génie civil dans les premiers temps de la construction ferroviaire. Située dans un paysage montagneux spectaculaire, la ligne de chemin de fer est toujours en service du fait de la qualité de ses tunnels, viaducs et autres ouvrages. De nombreux édifices destinés aux loisirs ont pu être construits le long de ses voies.

Le bien du patrimoine mondial « Ligne de chemin de fer du Semmering » débute à la gare de Gloggnitz à une altitude de 436 mètres au-dessus du niveau de la mer, puis, après 29 km, il atteint son point culminant en passant le col à une altitude de 895 mètres; il s’achève 12 km plus loin à la gare de Mürzzuschlag, 677 mètres d’altitude.

La ligne peut être divisée en quatre parties. La première, entre les gares de Gloggnitz et de Payerbach, suit les pentes de la rive gauche de la vallée de la Schwarza ; la suivante traverse la vallée en empruntant le viaduc de la Schwarza pour atteindre la gare de Eichberg ; dans la troisième partie du trajet on pénètre dans la vallée de l’Auerbach et progresse dans une forêt dense jusqu’à la gare de Klamm-Schottwien. Après avoir traversé le tunnel de Klamm, on atteint l’Adlitzgraben et le terrain proprement alpin. Après une série de tunnels et de viaducs, on traverse le Weinzettelwand, le Krauselklause et le Polleroswand en empruntant plusieurs tunnels. Dans la dernière et plus spectaculaire partie du trajet, un viaduc en courbe à deux niveaux surplombe la Kalte Rinne puis, après être passé à travers le Wolfsberg et le Kartnerkogels, le train traverse les 1 431 mètres du tunnel du Semmering avant d’atteindre la gare de Semmering. Il descend alors progressivement les pentes de la rive droite de la vallée de la Roschnitz, en passant par Stienhaus et Spital am Semmering, avant d’arriver à Mürzzuschlag.

À lire aussi  Médina de Tétouan (ancienne Titawin)

Au total, les 14 tunnels mesurent 1 477 mètres de long, soit près d’un dixième de toute la ligne, par coïncidence les seize principaux tunnels mesurent également 1 477 mètres de long. On dénombre également 118 petits ponts de pierre et 11 ponts de fer. Les entrées des tunnels sont pour la plupart de conception simple mais monumentales et diversement ornementées. Les structures de soutien sont principalement en pierre, mais la brique fut utilisée pour les arches des viaducs et le revêtement des tunnels. Les 57 maisons de gardien à deux niveaux, construites environ tous les 700 m, sont très caractéristiques de la ligne du Semmering et furent bâties en pierre de récupération et parement de briques. II reste peu des gares d’origine, qui n’étaient au départ que des gares de relais et des points d’eau, mais devinrent par la suite des structures plus importantes, capables d’accueillir l’afflux de touristes.

L’aspect de toute la ligne de chemin de fer changea considérablement entre 1957 et 1959, lorsque des poteaux électriques furent érigés afin de supporter les câbles nécessaires aux locomotives électriques. Le col du Semmering est célèbre pour l’« architecture d’été » de ses villas et hôtels, car le lieu est devenu la première station de montagne construite à dessein dans les décennies qui suivirent l’ouverture de la ligne de chemin de fer.

Critère (ii) : La ligne de chemin de fer du Semmering représente une solution technologique exceptionnelle à l’un des problèmes physiques majeurs de la construction des premiers chemins de fer.

Critère (iv) : Avec la construction du chemin de fer du Semmering, l’accès à des régions d’une grande beauté naturelle a été facilité et, par conséquent, ces régions ont été aménagées pour des fonctions résidentielles et de loisir, créant ainsi une nouvelle forme de paysage.

À lire aussi  Baie Shark, Australie occidentale

Intégrité

Le bien inscrit s’étend sur une superficie de 156 ha, avec une zone tampon de 8 581 ha. Il dispose de tous les attributs nécessaires à l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle. Depuis 1854, la ligne de chemin de fer est exploitée sans interruption et les travaux de génie civil se sont poursuivis, et l’intégrité fonctionnelle du bien a donc été conservée. L’exploitation ininterrompue de la ligne témoigne véritablement du génie créateur de Carl von Ghega, l’ingénieur qui a conçu le projet. L’aspect du bien est également lié aux villas et hôtels construits aux abords immédiats de la ligne de chemin de fer à la fin du 19e et au début du 20e siècles, illustrant l’impact de la ligne sur le paysage environnant. L’architecture typique du tournant du siècle, insérée de façon harmonieuse dans le paysage alpin accidenté, a également conservé son intégrité.

Authenticité

L’authenticité de la ligne elle-même et des remarquables travaux de génie civil qui ont rendu ce projet possible est indiscutable. Bien que l’aspect de la ligne ait changé, en particulier depuis son électrification dans les années 1950, l’impact général de la ligne sur le paysage demeure authentique. La ligne de chemin de fer ayant été continuellement exploitée depuis son inauguration en 1854, certains éléments se sont abimés et ont été remplacés. En outre, les méthodes d’organisation et d’exploitation des lignes de chemin de fer se sont adaptées aux circonstances et aux évolutions. Toutefois, les chemins de fer étant, par essence, des systèmes sociotechniques en évolution, la continuité par le changement est un élément essentiel de leur identité, et ces principes ont été appliqués afin de préserver l’authenticité du bien.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est géré à trois niveaux, national, régional et local, et dispose d’un plan de zonage détaillé, révisé et adopté qui inclut sa zone tampon. Il est protégé au niveau fédéral depuis 1923 (Loi sur la protection des monuments autrichiens, Journal officiel fédéral No 533/1923 et divers amendements). Le bien est également réglementé par la « Convention en matière de protection du patrimoine mondial culturel et naturel, y compris la Déclaration autrichienne » (Journal officiel fédéral No 60/1993). Le paysage environnant est protégé au niveau provincial et fait partie de la zone désignée « Réserve de biosphère ». Un certain nombre de lois spécifiques concernant des domaines particuliers, tels que la gestion de l’eau et la protection des forêts, sont également en vigueur. En outre, le bien est géré par la Société fédérale des chemins de fer autrichiens, qui est conseillée par un expert en conservation ferroviaire. La supervision est assurée par des experts de l’Office fédéral en charge de la protection des monuments historiques, qui dispensent également des conseils. Le financement est assuré par l’état fédéral autrichien ainsi que par les provinces de Basse-Autriche et de Styrie.

À lire aussi  Zec de la Bessonne

Un plan de gestion est opérationnel depuis 2008. Il a un statut consultatif et joue un rôle stratégique dans l’orientation de la prise de décision. Il doit être envisagé comme un travail en constante évolution qui doit être systématiquement évalué et révisé. Les fonctions de contrôle et de suivi sont également exercées au moyen de la participation publique et démocratique.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/785 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

La ligne de chemin de fer du Semmering est la première ligne de montagne à voie normale construite en Europe. Elle fait partie de l’itinéraire autrichien de Vienne à Graz. Les 41 km de ligne reliant Gloggnitz à Mürzzuschlag présentent un dénivelé de 459 m, le point le plus élevé étant à 898 m. Quatorze tunnels et de spectaculaires ouvrages d’art jalonnent cette voie !

La conception de l’ouvrage est due à un vénitien, Carlo Ghega, anobli sous le nom de Carl Ritter von Ghega (1802-1860). 20 000 ouvriers travaillèrent à la construction de la ligne. Un millier d’ouvriers ont trouvé la mort (accidents et épidémie).

À l’origine, les locomotives à vapeur circulaient à 6 km/h. Depuis l’électrification en 1956, la vitesse sur la ligne atteint 60 km/h.

Mis à jour le 3 avril 2022 par Dico Voyage