Paysage culturel de la Wachau

Découvrir le  paysage culturel de la Wachau

La Wachau est une partie de la vallée du Danube, entre Melk et Krems, dont le paysage, particulièrement beau, conserve intactes de nombreuses traces de son évolution depuis les temps préhistoriques : traces architecturales (monastères, châteaux, ruines), urbanistiques (villes et villages) et enfin agricoles, notamment liées à la culture de la vigne.

Valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel de la Wachau

Brève synthèse

La Wachau est une partie de la vallée du Danube entre Melk et Krems dont les qualités visuelles et de paysage sont exceptionnelles. La région conserve de nombreux témoignages demeurés intacts de son évolution naturelle et continue depuis l’époque préhistorique, tant dans le domaine de l’architecture (monastères, châteaux, ruines), de la conception urbaine (villes et villages) que de l’usage agricole des terres (principalement pour la culture de la vigne et des abricots).

Le défrichement des forêts par les populations locales débuta à la période néolithique, ce n’est cependant que vers l’an 800 que le paysage fut modifié de façon conséquente, lorsque les monastères de Bavière et de Salzbourg commencèrent à cultiver les pentes des rives de la Wachau, créant ainsi le paysage actuel de vignobles en terrasses.  Dans les siècles qui ont suivi, les superficies cultivées ont varié, les changements climatiques, le commerce du vin et le manque cruel de main d’œuvre ayant conduit à des hausses de salaires au 17e siècle. Au 18e siècle, la culture de la vigne sur coteaux fut vivement encouragée dans les régions qui s’y prêtaient le mieux d’un point de vue écologique. Les zones ainsi délaissées furent transformées en pâturages, avec les conséquences économiques qui en découlèrent telles que la fermeture de certaines entreprises et le développement d’autres. C’est à cette époque que la viticulture fut définitivement abandonnée dans les terres hautes de la Wachau. Les changements intervenus dans la campagne au 19e siècle affectèrent particulièrement la Wachau. La proportion de superficies consacrées à la vigne et à la culture fruitière continue d’être étroitement liée aux fluctuations des marchés de ces produits et donne à la Wachau son aspect caractéristique.

Le plan général des agglomérations de la Wachau remonte aux 11e et 12e siècles. Le développement d’agglomérations présentant des caractéristiques spécifiques homogènes est évident dans le tissu urbain, à la fois par l’architecture et par la disposition des maisons sur des lots pour la plupart irréguliers, ainsi que dans le réseau des routes, qui n’a pratiquement pas changé depuis la fin du Moyen Âge. Le centre de certaines villes s’est quelque peu étendu à l’extérieur de leurs limites d’origine par la construction de petits édifices résidentiels, pour la plupart postérieurs à 1950. Les bâtiments des villes de la Wachau sont postérieurs au tracé des voies. Aux 15e et 16e siècles, la construction en pierre commença à remplacer les maisons en bois des paysans et des bourgeois.

Les fermes des viticulteurs, formées de corps de bâtiment disposés en U, en équerre, ou de deux constructions parallèles, remontent à la fin du Moyen Âge et aux 16e et 17e  siècles. Fréquemment dotées de murs d’enceinte latéraux ou de passages voûtés intégrés et de bâtiments de service, elles présentent des façades dépouillées, pour la plupart altérées au cours des 18e et 19e  siècles. Les façades sur la rue sont souvent décorées d’oriels placés sur de solides supports, remontant à la fin du Moyen Âge ou à une époque plus récente, de statues dans des niches, de peintures murales ou de décors en sgraffito, vestiges de peintures ou de riches façades baroques. Les toits élevés, présentant une forte pente, sont si fréquents qu’ils peuvent être considérés à juste titre comme l’une des caractéristiques architecturales des maisons de la Wachau.

À lire aussi  La Malbaie

De nombreux bâtiments du 18e siècle, tels que tavernes, auberges, relais de poste, maisons des conducteurs de bateaux et des douaniers, moulins, forges ou entrepôts de sel, remontant fréquemment aux 15e et 16e siècles, ont conservé leur fonction commerciale et artisanale et sont en partie intégrés à la structure urbaine. De multiples châteaux surplombent les villes et la vallée du Danube, et de nombreuses constructions ecclésiastiques importantes sur le plan architectural ou artistique dominent la ville et le paysage environnant.

Critère (ii) : La Wachau est un exemple exceptionnel de paysage fluvial bordé de montagnes dans lequel les témoignages matériels de sa longue évolution historique ont remarquablement survécu.

Critère (iv) : L’architecture, l’habitat humain et l’utilisation agricole des terres de la Wachau illustrent de façon vivante un paysage essentiellement médiéval qui a évolué naturellement et harmonieusement à travers les âges.

Intégrité

Le bien inscrit couvre une superficie de 18 387 ha, sa zone tampon s’étend sur 2 942 ha. La Wachau est un paysage culturel qui témoigne d’une relation harmonieuse entre l’eau, la nature et les zones environnantes, les terrasses plantées de vigne, les forêts et les habitats humains, des éléments liés entre eux par le libre flot du Danube. Les abbayes de Melk et de Göttweig, aux caractéristiques monumentales exceptionnelles, ainsi que de multiples villes et villages historiques témoignent de façon remarquable et tangible de l’histoire et de l’évolution au cours des temps. Le Paysage culturel de Wachau a conservé, à un degré exceptionnel, des preuves matérielles de son évolution durant plus de deux mille ans. Afin de répondre aux développements sociaux et économiques, le paysage a évolué au cours de plusieurs milliers d’années, et chaque étape de cette évolution a laissé son empreinte sur le paysage, ce qui demeure clairement visible à l’époque actuelle. Pour de nombreuses raisons économiques, politiques et environnementales, il n’y a eu, même dans les dernières décennies du 20e siècle, que peu de changements radicaux à travers les âges qui auraient pu effacer ou dénaturer les témoignages de la croissance évolutive de la Wachau. Depuis le milieu du 20e siècle, des mesures de protection ont été progressivement introduites, et leur mise en œuvre sur le long terme garantira la conservation et la protection futures du bien.

Authenticité

Le degré d’authenticité de la Wachau est élevé. Elle conserve les éléments fondamentaux d’un paysage culturel vivant dans la mesure où elle maintient un rôle social actif dans la société contemporaine, en étroite association avec le mode de vie traditionnel et son processus d’évolution continuelle. Le bien montre des preuves manifestes de son évolution au cours des temps. Ces qualités sont illustrées dans le paysage agricole et boisé, dans les plans urbains et dans la conservation et l’authenticité de monuments individuels. De même, les habitants de la Wachau conservent et développent attentivement les éléments essentiels d’un paysage culturel vivant.

À lire aussi  Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La protection du bien a fait l’objet d’un grand intérêt, tant au niveau national que régional, depuis la fin du 19e siècle. En conséquence, une multitude de lois et de réglementations coexistent, et ont été mises en œuvre aux niveaux fédéral, régional et municipal, contribuant ainsi à la protection et à la conservation du bien. Parmi celles-ci, on citera la Loi sur la protection des monuments autrichiens de 1923, et ses nombreux amendements, qui s’intéresse surtout aux monuments historiques exceptionnels et accorde sa protection à leur tissu ainsi qu’à leur apparence ; la Loi de 1959 sur l’eau et ses amendements ; ainsi que des réglementations fédérales et accords internationaux tels que le Diplôme européen des espaces protégés délivré par le Conseil de l’Europe. Un certain nombre des lois et de réglementations provinciales sont également en vigueur, telles que la désignation de Wachau comme Zone de paysage protégé. D’autres mesures de protection liées aux zones de conservation ainsi que l’inscription de la Wachau au sein du réseau Natura 2000 influent sur la conservation du bien. On estime que ces réglementations constituent une base solide pour la conservation future et le développement durable du bien.

Différents niveaux de gouvernement sont responsables de la conservation et du développement durable du bien. Le Bundesdenkmalamt (Office fédéral des monuments historiques) dresse et conserve un inventaire complet des monuments et ensembles historiques présents sur le territoire de la Wachau. Pour les zones protégées (zones de conservation naturelle, réserves naturelles, monuments naturels, zones de protection du paysage), la responsabilité de la gestion globale incombe au Amt der niederösterreichischen Landesregierung (Office du Gouvernement provincial de la Basse-Autriche). Cet organe a la responsabilité globale de l’espace placé sous la protection du Diplôme européen. Le gouvernement provincial est également en charge du schéma de développement général qui définit, entre autres, les limites à l’aménagement urbain, et soutient les autorités locales dans la mise en œuvre des stratégies locales et régionales au moyen d’expertises et de financements publics.

Au niveau local, la Wachau est principalement gérée par 13 communes (Gemeinden). Elles sont en charge des plans de développement local, du zonage et des réglementations en matière de construction. Elles sont toutes réunies au sein d’une association de développement régional appelée Arbeitskreis Wachau (Groupe de travail pour la Wachau). Cet organe dispose actuellement d’un bureau à Spitz et emploie des experts responsables de projets en matière de conservation et de développement durable du Paysage culturel.

À lire aussi  La grotte de Lascaux

La gestion du bien est financée par des programmes européens et par la province de Basse-Autriche. Elle est basée sur une mission et sur un certain nombre de plans et de programmes stratégiques et opérationnels s’intéressant tout particulièrement à la protection de la nature, la viticulture et la production de fruits, le tourisme, la culture, le développement de la région, le parc naturel régional, l’efficacité énergétique, l’éducation et la communication. Une fois achevé et adopté, le plan général de gestion sera un outil essentiel pour encadrer les activités régionales bénévoles et englober tous les aspects de la gestion du bien qui sont actuellement traités par diverses institutions aux niveaux fédéral, provincial et local.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/970 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

La Wachau est une vallée de Basse-Autriche traversée par le Danube et située à environ 80 km à l’ouest de Vienne entre les villes de Krems et Melk. La vallée, longue d’environ 30 km, est un haut lieu touristique d’Autriche.

Un lieu bien connu de la vallée est la ville de Dürnstein où le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion fut maintenu prisonnier par Léopold V, duc d’Autriche et de Styrie.

La Wachau est productrice d’abricots et de raisins qui sont utilisés dans les vins et les liqueurs de la région.

La Wachau est accessible depuis Vienne en train grâce à des liaisons directes et régulières pour Krems an der Donau, ou à des liaisons régulières pour Melk mais nécessitant un changement à Sankt-Pölten. Depuis l’Ouest (Linz, Salzbourg), seule Melk est accessible en train depuis Amstetten.

Par la route, le visiteur a là aussi le choix entre Krems et Melk s’il part de Vienne et devra obligatoirement commencer par Melk s’il vient de l’Ouest.

A l’intérieur de la Wachau, une route sur les deux rives du fleuve permet de se déplacer en voiture. Elle est bordée sur les deux rives d’une piste cyclable. Le vélo est un moyen très populaire de découvrir la région. Il n’existe pas de ponts entre les deux rives du Danube à l’intérieur de la Wachau. Les ponts se situent aux extrémités de la vallée: Melk et Krems. Pour traverser la vallée au milieu, trois ferrys sont en service: entre Spitz et Oberarnsdorf, entre Weissenkirchen et Sankt-Lorenz ainsi qu’entre Dürnstein et Rossatzbach.

Une ligne de train est en service entre Krems et Emmersdorf sur la rive gauche. Elle n’est en fonction que lors de la saison touristique, servant essentiellement aux touristes. Les wagons sont équipés de larges fenêtres permettant une vue panoramique sur la vallée pendant le trajet. Le transport public le plus régulier est le bus: des lignes circulent sur les deux rives et dans les deux directions en s’arrêtant à chaque village.

Plusieurs compagnies de navigation fluviale proposent des croisières sur le Danube pour découvrir la vallée par le fleuve.

Enfin, la vallée étant bordée de basses montagnes, on peut aussi la découvrir à pieds. Des sentiers de randonnées ont été aménagées à cet effet.

Mis à jour le 4 avril 2022 par Dico Voyage