Patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto

Découvrir le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto

Créé pour l’extraction, le traitement et le transport d’un charbon de haute qualité dans une région isolée de Sumatra, ce système industriel fut établi par le gouvernement des Indes orientales néerlandaises au cours de la période d’industrialisation importante au niveau mondial de la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle. La main d’ouvre était recrutée au sein de la population locale Minangkabau, et complétée par les travailleurs contractuels Javanais et chinois, ainsi que par des condamnés aux travaux forcés provenant dezones contrôlées par les Néerlandais. Le bien comprend le site de la mine et la cité minière, les installations de stockage du charbon au port d’Emmahaven et le réseau ferroviaire reliant les mines aux installations côtières. Le patrimoine de la mine d’Ombilin fut construit comme un système intégré qui permettait l’extraction du charbon en grande profondeur, son traitement et son transport puis son exportation. Ce site représente un témoignage exceptionnel de l’échange et de la fusion entre les pratiques et les savoirs locaux et la technologie européenne.

Valeur universelle exceptionnelle de de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto

Brève synthèse

Le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto est un exemple exceptionnel d’ensemble technologique pionnier planifié et construit par des ingénieurs européens dans leurs colonies destinées à extraire des ressources stratégiques de charbon. Les développements technologiques démontrent à la fois les connaissances en ingénierie occidentales et la contribution de la sagesse environnementale locale et des pratiques traditionnelles dans l’organisation du travail. Le bien illustre aussi l’impact profond et durable des changements dans les rapports sociaux de production imposés par les puissances coloniales européennes dans leurs colonies, qui ont apporté les ressources matérielles et humaines et ont soutenu l’industrialisation mondiale de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle. La nombreuse main-d’œuvre qualifiée et non qualifiée était recrutée dans la population locale Minangkabau et complétée par des contractuels javanais et chinois, et aussi une main-d’œuvre de condamnés aux travaux forcés appelés orang rantai provenant des zones contrôlées par les Néerlandais au sein de l’Indonésie actuelle.

Construit pour exploiter les gisements de charbon extrêmement riches d’Ombilin, situés dans les montagnes inaccessibles de Sumatra occidental, le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto est un grand ensemble technologique constitué de douze éléments situés dans trois zones : la Zone A, composée de mines à ciel ouvert et de tunnels miniers souterrains labyrinthiques ainsi que d’équipements de traitement du charbon sur place, soutenus par une cité minière construite entièrement à cet effet à proximité, à Sawahlunto ; la Zone B, un ingénieux chemin de fer à crémaillère associé à de nombreux ponts et tunnels, reliant les mines au port maritime, sur 155 kilomètres de terrain montagneux accidenté ; et la Zone C, un port dragué et un nouveau port maritime aménagé à Emmahaven sur la côte de l’océan Indien de Sumatra, d’où le charbon était expédié à travers les Indes orientales néerlandaises et en Europe.

À lire aussi  Santa Monica

Critère (ii) : Le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto présente un important échange de technologies minières entre l’Europe (Pays-Bas) et ses colonies au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Cet ensemble technologique complexe fut planifié et construit comme un système entièrement intégré qui permettait l’extraction en grande profondeur, le traitement, le transport et l’exportation du charbon. Sa conception globale et son exécution par phases démontrent un transfert prolongé et systématique des connaissances en ingénierie et des pratiques minières destiné à développer l’industrie minière dans les Indes orientales néerlandaises. Cet échange a aussi été façonné par des savoirs locaux concernant les formations géologiques dans l’environnement tropical et par les pratiques traditionnelles locales.

Critère (iv) : Le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto est un exemple éminent d’un ensemble technologique conçu pour une efficacité maximale de l’extraction d’une ressource naturelle stratégique – en l’occurrence un charbon de qualité industrielle. Le bien illustre les caractéristiques de la dernière phase de l’industrialisation mondiale, de la seconde moitié du XIXe siècle au début du XXe siècle, époque à laquelle les technologies d’ingénierie et les systèmes de production complexes donnèrent naissance à l’économie mondialisée de l’industrie et du commerce. Les technologies industrielles incluaient le forage vertical profond de puits de mines, le lavage et le triage mécaniques du minerai, la locomotion à vapeur et le chemin de fer à crémaillère, la construction de ponts ferroviaires inclinés et à arc inversé, le creusement de tunnels ferroviaires à l’explosif, le dragage portuaire profond et le stockage du charbon en silos à atmosphère contrôlée. Ces technologies furent complétées par la construction d’une cité minière moderne planifiée de plus de 7 000 habitants, dotée de tous les équipements – logements, restauration, santé, éducation, vie spirituelle et loisirs – conçus pour répondre aux besoins d’une structure d’industrialisation et de division du travail strictement hiérarchique.

Intégrité

Chacune des trois zones réunit les attributs nécessaires qui constituent le système intégré de l’exploitation et du transport du charbon – avec le système intégré de forages et de tunnels miniers, les 155 kilomètres de réseau ferroviaire traversant les montagnes et le port maritime. Les éléments qui constituent la cité minière et la ligne de chemin de fer continuent de fonctionner, tandis que les éléments de la mine ne sont plus en usage. L’intégrité globale du bien en série est actuellement bonne/satisfaisante, notamment son intégrité visuelle, bien que les conditions climatiques tropicales et la croissance rapide de la végétation présentent des difficultés importantes pour la conservation, et que le développement ponctuel à petite échelle pose problème pour de nombreux éléments et composantes. Certains éléments ont été adaptés à de nouvelles utilisations.

Authenticité

Le patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto est un grand ensemble technologique constitué de douze éléments. Malgré la détérioration de nombreux éléments qui ne sont plus utilisés, l’ensemble technologique des mines, la cité minière, le chemin de fer et les équipements portuaires remplissent les conditions d’authenticité en ce qui concerne leur forme et conception d’origine, matériaux et substance, situation et cadre.

À lire aussi  Sites miniers majeurs de Wallonie

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Situé dans trois régences et quatre municipalités de la province de Sumatra occidental, le bien est protégé par deux instruments juridiques, la loi nationale n°11 de 2010 pour la protection, le développement et l’utilisation des biens culturels en Indonésie aux niveaux national, provincial, des régences et municipal et la loi nationale n°26 de 2007 pour l’organisation des plans spéciaux et spatiaux aux niveaux national, provincial, des régences et municipal. Depuis février 2019, tous les éléments disposent d’une désignation de protection au niveau provincial et/ou national, et la protection au niveau national pour tous les éléments devrait être en place prochainement. Le processus de désignation du bien du patrimoine mondial en tant que zone stratégique nationale (Kawasan Strategis Nacional) sera initié par l’État partie après l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial.

L’état de conservation du bien et des attributs matériels qu’il recèle fait l’objet d’un suivi par le biais de cadres de conservation. Un cadre de gouvernance et de consultation a été mis en place pour la gestion du bien, depuis la planification et la définition des politiques jusqu’au niveau opérationnel. La coordination globale pour la gestion du bien est assurée par le Conseil d’administration du patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto qui est composé des ministères concernés et de membres des municipalités concernées.

Une fois pleinement établi, le Bureau de gestion du site pour la conservation du patrimoine de la mine de charbon d’Ombilin à Sawahlunto mettra en œuvre le plan de gestion et d’entretien ; évaluera les projets de développement ; fournira soutien et conseils aux propriétaires ; et coordonnera les activités de toutes les parties prenantes et des experts du Conseil consultatif. Un plan de gestion est en place et offre un cadre utile qui pourrait être amélioré en intégrant des mesures de conservation et des principes pour la prise de décision concernant les projets de conservation (en particulier sur la réutilisation adaptative de structures historiques).

Devant le déclin de l’exploitation minière, Sawahlunto développe le tourisme patrimonial qui devient sa principale activité économique, et le nombre de visiteurs devrait augmenter. La réglementation n°3 de 2014 de la province de Sumatra occidental comprend un plan directeur du développement du tourisme régional 2014-2025. Le plan de gestion définit les objectifs et les actions visant à développer les équipements et l’expérience des visiteurs et des touristes ; et une stratégie de tourisme durable ayant pour objectif de s’assurer que le tourisme durable contribuera à la conservation du bien, améliorera l’expérience des visiteurs et bénéficiera aux communautés locales. Les sites miniers de Sawahlunto et la cité minière offrent actuellement des expériences touristiques à destination des visiteurs, avec notamment sept musée locaux et un centre des visiteurs. La Compagnie des chemins de fer indonésiens a commencé des travaux de revitalisation de la ligne ferroviaire afin d’offrir une expérience touristique sur cette voie de chemin de fer historique. Il existe une proposition de développement du silo des installations de stockage du charbon au port d’Emmahaven en tant que lieu de présentation du bien et point d’entrée pour les visiteurs extérieurs arrivant à Sumatra occidental.

À lire aussi  Ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècle : Stato da Terra - Stato da Mar occidental

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/1610 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Le complexe industriel de la mine de charbon de Zollverein est un site industriel situé dans la ville de Essen, dans l’aire urbaine de la Ruhr, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne. Le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO le 14 décembre 2011.

La première mine de charbon a été fondée en 1847 et les premières activités minières ont commencé en 1851. Elles ont duré jusqu’au 23 décembre 1986. Pendant des décennies jusque dans les années cinquante, les deux parties du site, la mine de charbon de Zollverein et la cokerie de Zollverein (érigée entre 1957 et 1961 et fermée le 30 juin 1993), ont compté parmi les plus vastes de leur genre en Europe. Le puits 12, érigé dans le style Bauhaus, a été ouvert en 1932 et est considéré comme une œuvre technique et architecturale qui lui a valu la réputation de « la plus belle mine de charbon du monde ».

La mine de charbon de Zollverein a été fondée par l’industriel Franz Haniel (1779-1868), afin d’alimenter en coke la production d’acier. Des forages tests réalisés dans la région de Katernberg (aujourd’hui située dans la banlieue d’Essen) ont révélé la présence d’une riche couche de charbon, qui a pris par la suite le nom de l’Union douanière allemande (Zollverein) fondée en 1834.

 

En 1847, Haniel crée la Bergrechtliche Gewerkschaft Zollverein (une société prussienne ayant pour but l’exploitation des ressources naturelles) et distribue les actions de l’entreprise aux membres de sa famille et au propriétaire du terrain de la future Zollverein. Le forage du puits de mine 1 commence le 18 février 1847, et la première couche de charbon est trouvée 130 mètres sous la surface. Les premières activités minières commencent en 1851. Le puits 2 (foré en même temps que le puits 1) ouvre en 1852. Ces deux puits se caractérisent par deux tours de pierre quasiment identiques et partagent la même salle des machines. Ces caractéristiques se retrouveront d’ailleurs dans un bon nombre de puits jumeaux construits ultérieurement. À partir de 1857, des meules de charbon sont utilisées pour produire le coke. En 1866, les meules sont remplacées par une cokerie moderne et des fours. En 1880, le forage du puits 3 commence à Schonnebeck. Le puits, dont la structure et le chevalement sont en acier, ouvre en 1883. En 1890, les trois puits ont déjà permis d’extraire 1 million de tonnes de charbon exploitable, ce qui fait de Zollverein la première mine d’Allemagne.

Mis à jour le 24 mars 2022 par Dico Voyage