Soltaniyeh

Découvrir Soltaniyeh

Le mausolée d’Oljeitu fut construit entre 1302 et 1312 dans la ville de Soltaniyeh, capitale des tribus mongoles Ilkhanides. Situé dans la province de Zanjan, à quelque 240 km de Téhéran dans le nord-ouest de l’Iran, Soltaniyeh est l’un des exemples les plus saisissants de réalisations architecturales perses et un monument clé dans le développement de l’architecture islamique. Cet édifice de forme octogonale est surmonté d’une coupole majestueuse d’une hauteur de 50 m, recouverte de carreaux de faïence turquoise et entourée de huit minarets à la silhouette élancée. Cette structure constitue le plus ancien exemple existant de coupole double en Iran. La décoration de l’intérieur du mausolée est également admirable et des spécialistes tels qu’A.U. Pope ont qualifié ce bâtiment de « précurseur du Taj Mahal ».

Valeur universelle exceptionnelle de Soltaniyeh

Brève synthèse

C’est au nord-ouest de l’Iran, dans la ville de Soltaniyeh, capitale de la dynastie ilkhanide en Perse (branche de la dynastie mongole) pendant une courte période au XIVe siècle, que s’élève le mausolée d’Oljeitu, avec sa coupole majestueuse revêtue de carreaux de faïence bleu turquoise. Édifiée entre 1302 et 1312, la tombe du huitième souverain ilkhanide est le principal vestige de l’ancienne cité. Aujourd’hui, l’édifice se dresse au milieu d’un lieu de peuplement rural, entouré des prairies fertiles de Soltaniyeh. Le mausolée d’Oljeitu est considéré comme le chef-d’œuvre architectural de cette période et une réalisation primordiale dans l’évolution de l’architecture perse qui se distingue par la conception novatrice de sa coupole double et sa décoration intérieure.

Le mausolée d’Oljeitu constitue un maillon essentiel et un monument clé dans l’évolution de l’architecture islamique en Asie centrale et occidentale. Ici, les Ilkhanides reprirent et développèrent les idées avancées pendant la période classique seldjoukide (du XIe au début du XIIIe siècle) où les arts iraniens commencèrent à se distinguer dans le monde islamique, ouvrant ainsi la voie à la période timouride (fin du XIVe au XVe siècle), l’une des plus brillantes de l’art islamique. Il est particulièrement intéressant de noter le concept de la structure à coupole double (une coupole intérieure et une coupole extérieure) et l’usage des matériaux et des thèmes de sa décoration intérieure. La très grande coupole de 50 mètres de haut qui est l’exemple le plus ancien de ce type, est devenue une importante référence dans le développement ultérieur des coupoles islamiques. De même, l’ornementation intérieure extrêmement riche du mausolée, composée de carreaux vernissés, briquetage, marqueterie ou la conception de matériaux d’incrustation, stucs et fresques, marque une étape importante dans l’usage de matériaux et de thèmes plus élaborés. Le mausolée d’Oljeitu parle ainsi avec éloquence de la période Ilkhanide, caractérisée par des innovations dans la structure de l’édifice, les proportions de l’espace construit, les formes architecturales, les motifs et les techniques de décoration.

À lire aussi  Carmel-by-the-Sea

Les fouilles menées sur le site du mausolée d’Oljeitu de 790 hectares ont révélé de nouveaux vestiges de l’ancienne cité et la majeure partie de ce bien a conservé son caractère archéologique. En tant qu’ancienne capitale de la dynastie Ilkhanide, Soltaniyeh offre un témoignage exceptionnel de l’histoire de l’Iran aux XIIIe et XIVe siècles.

Critère (ii): Le mausolée d’Oljeitu est un maillon essentiel du développement de l’architecture islamique en Asie centrale et de l’Ouest, de l’époque classique seldjoukide jusqu’à la période timouride. Cela vaut en particulier pour la structure à coupole double et le raffinement dans l’usage des matériaux et des thèmes d’ornementation.

Critère (iii): Soltaniyeh, en tant qu’ancienne capitale de la dynastie Ilkhanide, offre un témoignage exceptionnel de l’histoire des XIIIe et XIVe siècles.

Critère (iv): Le mausolée d’Oljeitu représente une œuvre exceptionnelle dans le développement de l’architecture perse, en particulier à la période ilkhanide, caractérisée par sa structure novatrice, la proportion de ses volumes, ses formes architecturales, ses thèmes et techniques d’ornementation.

Intégrité

À l’intérieur des limites du bien sont réunis tous les éléments et composants nécessaires à l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle, mais surtout de celle du mausolée d’Oljeitu. La décoration extérieure du mausolée a subi d’importantes dégradations qui ont porté atteinte à son intégrité. Néanmoins, la décoration intérieure est restée quasiment intacte. Le développement urbain autour du bien représente un danger potentiel, malgré sa lente progression.

Authenticité

Le monument historique du mausolée d’Oljeitu à Soltaniyeh est authentique dans sa forme et sa conception, les matériaux et la substance, le lieu et le cadre. Les travaux de restauration ont soigneusement respecté l’authenticité du monument, en utilisant les techniques et matériaux traditionnels en harmonie avec l’ensemble.

À lire aussi  Province de Tananarive

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien de Soltaniyeh qui appartient à l’État, est protégé en tant que monument national en vertu de la loi iranienne sur la conservation des nationaux monuments (1982) et de la loi sur la propriété urbaine (1982). Certaines parties de la zone tampon sont déclarées propriétés privées. L’autorité principale de gestion du bien est l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (administrée et financée par le Gouvernement iranien) à travers son bureau local de Zanjan. Il existe un plan de gestion avec des objectifs à court terme (1 an), moyen terme (3 ans) et long terme (5 ans) pour l’équipement, la recherche, la restauration et la conservation, et le développement du tourisme à Soltaniyeh. Les ressources financières du bien sont assurées par l’intermédiaire des budgets nationaux.

Le soutien de la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps exigera de continuer à respecter les normes scientifiques et à sauvegarder convenablement le monument en entreprenant les travaux de conservation et de restauration nécessaires, en contrôlant les effets de l’urbanisation autour du bien à travers l’élaboration et l’application de politiques de gestion appropriées à cet égard et en amenant les études relatives au mausolée d’Oljeitu (entre autres, les études sur l’ornementation, les projets de renforcement et les programmes d’attractions touristiques scientifiquement justifiés) vers des objectifs précis et détaillés qui maintiennent et/ou renforcent la valeur universelle exceptionnelle, l’intégrité et l’authenticité du bien.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/1188 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

À lire aussi  Quebrada de Humahuaca

Soltaniyeh ou Sultaniya est une ville du nord-ouest de l’Iran, située entre Tabriz et Téhéran, fondée à la fin du XIIIᵉ siècle par l’ilkhan de Perse Arghoun, puis érigée en capitale en 1304 par son fils Oldjaïtou, qui y fait construire un mausolée notable.

La principale des ruines de Sultaniya est le mausolée de l’Il-Khan Oldjaïtou, connu sous le nom de Dôme de Soltaniyeh. La structure, érigée entre 1302 et 1312, possède un des plus vieux dômes à double coque du monde. Son importance dans le monde musulman pourrait être comparée à celle de la coupole de Brunelleschi, à Florence, dans l’architecture chrétienne. Le dôme de Soltaniyeh a ouvert la voie à des constructions en coupole plus audacieuse, comme le mausolée de Khoja Ahmed Yasavi et le Taj Mahal. La plus grande partie de la décoration extérieure a été perdue, mais l’intérieur conserve ses superbes mosaïques, faïences et peintures murales.

Le dôme, d’un poids estimé à 200 t s’élève à 49 m de sa base et est actuellement en train de subir une restauration visant à le préserver.

En 2005, l’UNESCO a reconnu Soltaniyeh comme un des sites appartenant au Patrimoine mondial.

Mis à jour le 22 mars 2022 par Dico Voyage