Hôtel de ville et la statue de Roland sur la place du marché de Brême

Hôtel de ville et la statue de Roland sur la place du marché de Brême

L’hôtel de ville et la statue de Roland sur la place du marché de Brême au nord-ouest de l’Allemagne constituent des témoignages exceptionnels de l’autonomie civique et de la souveraineté qui caractérisèrent le Saint Empire romain germanique. L’ancien bâtiment de l’hôtel de ville a été construit en style gothique au début du XVe siècle, après que Brême fut devenu membre de la Ligue hanséatique. Le bâtiment a été remanié au début du XVIIe siècle dans le style appelé Renaissance de la Weser. Un nouvel hôtel de ville, construit à côté de l’ancien au début du XXe siècle, fait partie d’un ensemble épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. La statue, haute de 5,5 m, remonte à 1404.

Valeur universelle exceptionnelle de l’hôtel de ville et la statue de Roland

Brève synthèse

L’Hôtel de ville et la statue de Roland sur la place du marché de Brême, au nord-ouest de l’Allemagne, constituent des témoignages exceptionnels de l’autonomie civique et de la liberté de marché qui caractérisèrent le Saint Empire romain germanique. L’ancien Hôtel de ville a été construit en style gothique au début du XVe siècle et rénové au début du XVIIe siècle dans le style appelé Renaissance de la Weser. Un nouvel Hôtel de ville, construit à côté de l’ancien au début du XXe siècle, fait partie d’un ensemble épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

L’ancien Hôtel de ville est une halle à deux étages de plan rectangulaire de 41,5 sur 15,8 m. On le décrit comme un Saalgeschossbau (c’est-à-dire édifice a plusieurs étages construit pour abriter un grand hall). Le rez-de-chaussée abrite un grand hall à colonnade de chêne; il servait aux marchands et aux représentations théâtrales. L’étage supérieur, de mêmes dimensions, était la principale salle des fêtes. Les espaces entre les fenêtres sont occupés par des statues en pierre remontant à la phase gothique d’origine, qui représentent l’empereur et les princes électeurs, et sont intégrées à un décor sculpté de la fin de la Renaissance qui symbolise l’autonomie municipale. Dans les sous-sols de l’Hôtel de ville, un grand cellier avec une grande halle à colonnade de pierre aux dimensions des étages supérieurs, qui fut plus tard agrandi vers l’ouest, est actuellement aménagé en restaurant.

À lire aussi  Grande mosquée et hôpital de Divriği

Au XVIIe siècle, l’Hôtel de ville fut rénové et les trois arcades du milieu de la colonnade, qui au total en compte onze, furent surmontées d’une baie constituée de grandes fenêtres vitrées rectangulaires et d’un pignon élevé, typique de la Renaissance de la Weser. Des éléments décoratifs en grès furent ajoutés à la façade, représentant des sujets allégoriques et emblématiques.

Le nouvel Hôtel de ville est le produit d’un concours d’architecture, et fut dessiné par Gabriel Von Seidl, de Munich; il a été construit entre 1909 et 1913. La statue en pierre de Roland fut érigée en 1404, pour symboliser les droits et les privilèges de la ville impériale libre de Brême. La statue de Roland est associée à un margrave de Bretagne, l’un des paladins de Charlemagne.

Critère (iii) : L’Hôtel de ville de Brême et la statue de Roland sont un témoignage exceptionnel de l’autonomie civique et de la souveraineté qui se sont développées dans le Saint Empire romain germanique.

Critère (iv) : L’Hôtel de ville et la statue de Roland de Brême constituent un ensemble exceptionnel symbolisant l’autonomie civique et la liberté de marché. L’Hôtel de ville illustre le type halle médiéval de construction dit Saalgeschossbau, mais c’est aussi un remarquable exemple du style Renaissance de la Weser du Nord de l’Allemagne. Le Roland de Brême est la plus représentative et l’une des plus anciennes des statues de Roland, emblématiques des droits et de la liberté de marché.

Critère (vi) : L’ensemble de l’Hôtel de ville et de la statue de Roland de Brême et son symbolisme, sont directement liés au développement des concepts d’autonomie civique et de liberté de marché dans le Saint Empire romain germanique. Le Roland de Brême fait référence à une figure historique, le paladin de Charlemagne inspirateur de la chanson de geste française et d’autres types de poésie épique du Moyen Âge et de la Renaissance.

Intégrité 

Tandis que les abords immédiats de l’hôtel de ville ont relativement bien traversé les siècles, le reste de la ville historique de Brême a souffert de destruction massive pendant la Seconde Guerre mondiale et a été reconstruit après la guerre. L’Hôtel de ville contient tous les éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle. Le bien est de taille appropriée pour assurer une représentation complète. Il n’existe aucun impact négatif dû au développement et/ou à la négligence.

À lire aussi  Visites touristiques en Guadeloupe

Authenticité

L’Hôtel de ville de Brême a connu plusieurs phases au cours de l’histoire, en particulier sa construction en style gothique au début du XVe siècle et l‘important rénovation à l’époque baroque au début du XVIIe siècle. Diverses modifications et ajouts furent entrepris au cours des siècles suivants, notamment la construction du nouvel Hôtel de ville au début du XXe siècle. Du point de vue de cette évolution historique, l’Hôtel de ville peut prétendre à une authenticité historique par sa forme et les matériaux de construction utilisés en fonction des différentes époques. Il conserve aussi sa relation dans l’espace établie de façon historique avec les bâtiments historiques construits aux alentours et la place du marché.

La statue de Roland de Brême est l’une des plus anciennes et des plus représentatives parmi les statues de ce type encore existantes. Elle a été restaurée et réparée en de nombreuses occasions et une grande partie du matériau d’origine a été remplacée, perdant ainsi une part de son caractère d’authenticité.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’Hôtel de ville et la statue de Roland sont protégés par la Loi pour l’entretien et la protection des monuments culturels (Denkmalschutzgesetz, DSchG, 1975/1989) du Land de Brême et classée monument historique. Le bien est protégé depuis 1909 (ancien Hôtel de ville) et 1973 (nouvel Hôtel de ville). Une zone tampon a été définie pour assurer les perspectives essentielles du bien. L’Hôtel de ville et la statue de Roland sont la propriété de la ville libre et hanséatique de Brême.

Dans la ville-Etat de Brême, l’Office des Monuments de Brême (Landesamt für Denkmalpflege) est l’agence d’exécution de la loi précitée. Ses fonctions sont celles d’une autorité spécialisée pour les monuments et il instruit les demandes de construction ou de modification soumises par les propriétaires. Une fois un accord conclu, l’autorité supérieure, le Sénateur pour la Culture (Senator für Kultur), prend la décision finale. L’Hôtel de ville a été à plusieurs reprises l’objet de travaux d’entretien et de réparation, menés en conformité avec les principes internationaux de conservation. La façade a fait l’objet d’une restauration complète, de 2001 à 2006, y compris la réfection des joints, la consolidation des parties en pierres et la réparation du toit de cuivre.

À lire aussi  Églises de l'école d'architecture de Pskov

Le plan de gestion de la propriété est régulièrement revu et mis à jour si nécessaire.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/1087 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

L’Hôtel de ville de Brême est le siège de la municipalité de Brême, dans le nord-ouest de l’Allemagne. Construit de 1404 à 1410, il constitue l’un des exemples les plus importants du gothique de brique en Europe.

Le premier hôtel de ville de Brême se situait 70 m au nord-ouest du bâtiment actuel, aux coins de la Sögestrasse (« rue des cochons »), Obernstrasse (« rue supérieure ») et Unser Lieben Frauen Kirchhof (« place Nôtre-Dame »). En 1229, il est mentionné pour la première fois dans un document latin (le style roman avait encore cours en Allemagne) comme domus theatralis, dans des documents plus tardifs comme domus consularis. On pense qu’avant l’émancipation municipale, il a été une cour de justice, avec au moins une halle ouverte, car l’ancienne loi saxonne interdit les audiences en salles fermées. Il n’existe pas de description précise, mais divers documents attestent la présence de boutiques de draps au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville et d’une scriptoria (bureau) voisine. Cet hôtel de ville avait un escalier externe donnant sur la place. En 1382, quand on construit de nouvelles boutiques en dessous, la scriptoria s’écroule.

Après la construction du nouvel hôtel de ville, la ville conserva l’ancien bâtiment durant deux siècles mais en 1483, il fut loué à la guilde des quincaillers. Plus tard, il fut utilisé comme entrepôt de houblon. En 1598, il a été vendu à des particuliers et fut remplacé ou remanié pour en faire deux maisons.

La statue de Roland (allemand : Bremer Roland) est une statue qui se trouve sur la place du marché (Markplatz) de la ville de Brême, dans le nord-ouest de l’Allemagne.

Érigée en 1404 et d’une hauteur de 5,5 mètres, elle représente Roland, le protecteur de la ville. Elle fait face à la cathédrale de Brême.

En 2004, avec l’Hôtel de ville de Brême, la statue a été ajoutée à la liste des sites du patrimoine mondial et l’ensemble constitue « des témoignages exceptionnels de l’autonomie civique et de la souveraineté qui caractérisèrent le Saint-Empire romain germanique »

Mis à jour le 26 mars 2022 par Dico Voyage