Centre historique de la ville de Salzbourg

Découvrir le centre historique de la ville de Salzbourg

Salzbourg a su préserver un tissu urbain d’une richesse exceptionnelle élaboré entre le Moyen Âge et le XIXe siècle, alors qu’elle formait une ville-État gouvernée par son prince-archevêque. L’art gothique flamboyant qui s’y épanouit attira dans la ville de nombreux artistes avant que son rayonnement ne s’affirme encore avec l’intervention d’architectes italiens, Vincenzo Scamozzi et Santini Solari, à qui le centre de Salzbourg doit beaucoup de son caractère baroque. Cette rencontre du nord et du sud de l’Europe n’est peut-être pas étrangère au génie du plus illustre des fils de Salzbourg, Wolfgang Amadeus Mozart, dont la renommée universelle rejaillit désormais sur la ville.

Valeur universelle exceptionnelle du centre historique de la ville de Salzbourg

Brève synthèse

Salzbourg est un exemple exceptionnel de ville-État ecclésiastique, phénomène particulier au Saint Empire romain qui s’étendait de la Prusse à l’Italie. La plupart ont disparu en tant qu’unités administratives et politiques au début du XIXe siècle et ont pris des trajectoires différentes de développement. Aucun autre exemple d’organisation politique de ce genre ne s’est maintenu aussi complètement qu’à Salzbourg en parvenant à préserver aussi remarquablement son tissu urbain et ses différents édifices.

Salzbourg, point de rencontre des cultures italienne et allemande, a joué un rôle essentiel dans les échanges entre ces deux cultures. Le résultat est une ville baroque qui a émergé intacte de l’histoire et qui porte un témoignage matériel exceptionnel sur une culture et une période particulières. Le centre de Salzbourg doit beaucoup de son aspect baroque aux architectes italiens Vincenzo Scamozzi et Santino Solari.

La ligne des toits de Salzbourg, qui se détache sur un horizon de montagnes, se caractérise par une profusion de flèches et de dômes eux-mêmes dominés par la forteresse de Hohensalzburg. La ville possède un grand nombre d’édifices laïcs et religieux de très grande qualité, construits de la fin du Moyen Âge au XXe siècle. On constate une distinction nette, visible sur le terrain et sur la carte, entre les terres du prince-archevêque et celles des bourgeois. Les premières sont riches de monuments – la cathédrale, la Résidence, l’abbaye des Franciscains, l’abbaye Saint-Pierre -, et d’espaces ouverts, notamment la Domplatz. Les maisons des bourgeois sont par contre construites sur de petites parcelles et donnent sur des rues étroites, les seuls espaces ouverts étant les trois marchés historiques. Salzbourg compte de nombreux monuments édifiés depuis la période gothique qui, ensemble, ont créé une image de la ville et un tissu urbain d’une extrême originalité et d’une très grande beauté.

Enfin, Salzbourg est intimement liée à de nombreux et très illustres artistes et musiciens, dont le plus célèbre est Wolfgang Amadeus Mozart.

Critère (ii) : Salzbourg a joué un rôle fondamental dans les échanges entre les cultures italienne et allemande, en concrétisant l’éclosion de ces deux cultures et la pérennité de ces échanges.

Critère (iv) : Salzbourg est un exemple exceptionnellement important de ville-État ecclésiastique européenne -, comportant un très grand nombre d’édifices laïcs et religieux de très grande qualité, datant de la fin du Moyen Âge au XXe siècle.

Critère (vi) : Salzbourg est remarquable pour ses liens avec les arts, la musique en particulier, en la personne de son célèbre fils, Wolfgang Amadeus Mozart.

Intégrité

Le centre historique de Salzbourg possède tous les éléments essentiels qui définissent la ville-État ecclésiastique. L’harmonie d’ensemble est vulnérable à l’impact négatif de nouveaux aménagements dans la zone tampon et aux abords de la ville.

Authenticité

Le centre de Salzbourg a conservé dans une large mesure son paysage urbain historique et son réseau de rues. Se détachant sur un horizon de collines, ses principaux monuments, tels la cathédrale et le couvent de Nonnberg, ont conservé leur place dominante dans la ligne des toits. La ville a dans l’ensemble réussi à préserver son caractère et son tissu historiques, bien qu’ils soient vulnérables aux nouvelles constructions qui ne respectent pas totalement l’harmonie de sa forme baroque.

Besoins en matière de protection et de gestion

La gestion s’effectue au niveau national, régional et local. Le bien est protégé au niveau fédéral et provincial. D’autres législations spécifiques s’appliquent également dans certains domaines particuliers (comme la gestion de l’eau). Par ailleurs, une gestion consensuelle est également pratiquée et permet à des propriétaires et à des organismes culturels concernés d’agir à titre individuel.

Un plan de gestion a été établi en 2008, achevé fin janvier 2009 et adressé à toutes les autorités compétentes. Il montre comment on peut intégrer les nouvelles constructions au tissu urbain et à la planification, et contrôler et évaluer l’impact de nouveaux projets d’aménagements urbains pour faire en sorte de ne pas compromettre l’harmonie et l’intégrité de la ville.

On assiste depuis 40 ans à une prise de conscience collective de la valeur patrimoniale du tissu urbain. La commune et les différents propriétaires sont responsables du fonctionnement de la gestion quotidienne. Ils suivent les avis et orientations du personnel spécialisé de la Ville de Salzbourg, ainsi que les conseils du Bureau fédéral de Protection des Monuments. Le financement est assuré par l’État fédéral d’Autriche et par le biais du Fonds d’Entretien du Centre historique (financé par la ville et la province).

© UNESCO http://whc.unesco.org/fr/list/784 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Salzbourg (prononcé, en français, [sals.buʁ] ; en allemand Salzburg [ˈzalt͡sbʊɐ̯k] en bavarois Soizburg) est une ville autrichienne, capitale du Land de Salzbourg (520 000 habitants en 2003). Elle compte 154 211 habitants en 20191, constituant la quatrième ville la plus peuplée d’Autriche. La vieille ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Située à la frontière allemande, la ville est célèbre pour avoir vu naître Mozart. Le festival de musique classique de Salzbourg est l’un des plus prestigieux au monde.

La ville a connu plusieurs noms au cours de son Histoire. Les premières traces étymologiques attestées remontent à l’époque romaine, de vers 15 av. J.C. jusqu’à la fin de l’Empire romain, où elle s’appelle Juvavum, même si elle est renommée Municipium Claudium Juvavum sous Claude vers 45 ap. J.C. avant de retrouver son nom d’origine après sa mort. Son nom moderne est attesté pour la première fois en 755 avec l’évêché de Salzburg. Il se compose de deux mots du vieux haut allemand (Salz et Burg, littéralement « sel » et « château fort »). L’étymologie de son nom reste incertaine, la ville pourrait tenir son nom de la rivière qui l’arrose, la Salzach, et du château qui la domine, et non pas, comme le voudrait une traduction trop littérale, du sel, sur le commerce duquel la cité, certes, bâtit en partie sa fortune, mais seulement après avoir reçu ce nom de la rivière Salzach (anciennement Salza), qui tient elle-même son nom du sel car la région regorge de mines de sel comme à Altaussee ou Hallstatt.

La forteresse de Hohensalzburg, située sur la colline de Festungsberg et surplombant la ville depuis le XIe siècle est la plus grande d’Europe. On peut y monter à pied ou par le funiculaire construit au XXe siècle.

Sur cette colline on trouve également le couvent de Bénédictines Nonnberg, de jolies villas privées, le musée d’art moderne, la muraille protégeant la ville ainsi que plusieurs terrasses offrant un magnifique aperçu sur la ville.

En dehors de la vieille ville, on peut admirer le château Mirabell et ses jardins. L’ensemble a été construit par le prince-archevêque Wolf Dietrich en l’honneur de sa maîtresse Salomé. On y trouve aujourd’hui la mairie avec le célèbre escalier des mariages.

Au nord se trouve le château de Klessheim, et plus au sud on trouve les châteaux d’Hellbrunn avec parc, fontaines, jeux d’eau, zoo et réserve de chasse, mais aussi celui de Léopoldskron, où fut tournée une partie du film La Mélodie du bonheur, et enfin celui d’Anif.

Mis à jour le 2 avril 2022 par Dico Voyage