Temple et cimetière de Confucius et résidence de la famille Kong à Qufu

Voir le temple et cimetière de Confucius et résidence de la famille Kong à Qufu

Le temple, le cimetière et la demeure de famille du grand philosophe, politicien et éducateur Confucius (VIe -Ve siècle av. J.-C.), sont situés à Qufu, ville de la province de Shandong. Le temple construit à sa mémoire en 478 av. J.-C., détruit et reconstruit au cours des siècles, compte aujourd’hui plus de cent bâtiments. Le cimetière contient les tombes de Confucius et de plus de 100 000 de ses descendants. La petite maison de la famille Kong est devenue une demeure aristocratique gigantesque dont subsistent 152 bâtiments. L’ensemble des monuments de Qufu a préservé son exceptionnelle qualité artistique et historique grâce à la dévotion des empereurs de Chine pendant plus de deux millénaires.

Valeur universelle exceptionnelle du Temple et cimetière de Confucius

Brève synthèse

Célèbre philosophe, homme politique et pédagogue de la Chine ancienne dont le système de croyance mêlant philosophie, politique et éthique (nommé par la suite Confucianisme) a profondément influencé la culture chinoise, Confucius était considéré comme le « Modèle sacré du maître pour dix mille générations » et vénéré à ce titre par les empereurs chinois. Le Temple de Confucius, qui se trouve dans sa ville natale de Qufu dans la province du Shandong, fut édifié dans le but de célébrer sa mémoire et de lui offrir des sacrifices en 478 AÈC. Successivement détruit puis reconstruit au fil des siècles, ce temple s’étend aujourd’hui sur 14 hectares. Il comprend 104 bâtiments datant des dynasties Jin à Qing, dont la salle Dacheng, le pavillon Kuiwen et l’autel Xing, ainsi que plus de 1 250 arbres anciens. Le Temple abrite plus d’un millier de stèles d’époques diverses, et des objets précieux tels que des bas-reliefs Han en pierre, des illustrations gravées représentant la vie de Confucius et les sculptures de dragon en pierre des dynasties Ming et Qing. Le Temple a servi de prototype et de modèle pour tous les temples de Confucius que l’on trouve très largement disséminés dans les pays d’Asie du sud et de l’est, notamment en matière d’agencement et de style.

Situé à 1 100 mètres au nord de la ville de Qufu, le cimetière de Confucius s’étend sur une surface de 813 hectares. Il abrite le tombeau de Confucius et les tombes de plus de 100 000 de ses descendants.

À lire aussi  Golden Gate

La résidence de la famille Kong était à l’origine une petite maison familiale accolée au Temple, qu’elle jouxte du côté est, avant de devenir une résidence aristocratique où vécurent et travaillèrent les descendants mâles en ligne directe de Confucius. Au 14e siècle, à la suite d’un incendie et de la reconstruction du temple qui fut doté d’un mur d’enceinte à l’image d’un palais impérial, la résidence fut reconstruite près du temple. Après de nouveaux travaux d’agrandissement, puis après avoir été à nouveau détruite par le feu et reconstruite à la fin du 19e siècle, elle s’étend aujourd’hui sur 7 hectares avec un total de quelques 170 bâtiments. Plus de 100 000 collections y sont conservées, parmi lesquelles les plus célèbres pièces sont dix instruments de cérémonie des dynasties Shang et Zhou, les portraits de Confucius réalisés en différentes périodes, ainsi que des vêtements et des coiffes datant des dynasties Ming et Qing. En outre, les plus de 60 000 dossiers et archives des dynasties Ming et Qing rassemblés dans la Résidence, au-delà de produire un témoignage digne de foi sur toutes sortes d’activités qui s’y sont déroulées pendant plus de 400 ans, sont également très précieux pour l’étude historique de cette période Ming et Qing.

Les bâtiments étaient imaginés et construits avec un soin méticuleux, en respectant les conceptions du Confucianisme concernant la hiérarchie selon laquelle les diverses composantes doivent être disposées. À la période Ming, beaucoup d’artistes et d’artisans remarquables mirent leur talent au service de l’ornementation du temple ; et sous les Qing, des artisans impériaux furent chargés de la construction de la salle et de la porte Dacheng ainsi que de la salle Qin, qui sont considérées comme l’expression de l’apogée artistique et architecturale de la période Qing.

Le Confucianisme n’a pas limité à la Chine l’exercice de sa profonde influence, qui s’est également répandue dans les sociétés féodales de Corée, du Japon et du Vietnam et qui a eu un retentissement favorable sur les Lumières du 18e siècle européen. Outre le fait qu’ils constituent des témoignages exceptionnels des techniques architecturales orientales, le Temple et le cimetière de Confucius ainsi la Résidence de la famille Kong ont une forte dimension historique et représentent une part importante du patrimoine culturel de l’humanité.

À lire aussi  Centre historique de Telč

Critère (i) : Le groupe formé par les ensembles de monuments de Qufu est d’une exceptionnelle valeur artistique, en raison des soins que les empereurs chinois leur ont prodigués pendant deux millénaires en faisant en sorte que les meilleurs artistes et artisans participent à la création et à la reconstruction des bâtiments et du site paysager dédiés à Confucius.

Critère (iv) : L’ensemble de Qufu représente un complexe architectural exceptionnel, qui témoigne de l’évolution de la culture matérielle chinoise sur une période considérablement longue.

Critère (vi) : La contribution de Confucius à la pensée philosophique et politique des pays d’Orient depuis deux mille ans, ainsi que son rayonnement en Europe et en Occident aux 18e et 19e siècles, a été l’un des facteurs les plus fondamentaux dans l’évolution des idées et de l’État modernes.

Intégrité

Comme site patrimonial emblématique de cette valeur-clé de la culture traditionnelle chinoise qu’est le Confucianisme regroupant à la fois le Temple et le cimetière de Confucius ainsi que la Résidence de la famille Kong, le domaine abrite l’ensemble des éléments requis pour prouver la dimension historique de ses cadres et valeurs. Le Temple reflète la suprématie de la place occupée par le Confucianisme dans la culture traditionnelle chinoise. Le cimetière, en tant que sépulture de Confucius et de ses descendants, témoigne de l’essor du clan Kong par des preuves matérielles concrètes et de grande importance. La Résidence de la famille Kong, en tant que lieu de travail et de vie des descendants directs de Confucius, atteste du statut éminent dont la famille Kong jouissait dans la société traditionnelle grâce au Confucianisme.

Authenticité

L’entretien et la protection du bien, qui ne se sont jamais interrompus dans l’histoire chinoise du fait de leur importance majeure, témoignent des méthodes traditionnelles chinoises d’intervention de conservation. Les biens sont très authentiques en termes de conception de l’édifice, de matériaux de construction utilisés, de continuité des techniques de construction, de préservation de l’état historique ainsi que de la transmission de valeurs spirituelles, tous ces aspects sont un reflet fidèle de la culture traditionnelle chinoise. Qufu, ville natale de Confucius, où ses descendants ont habité et le voisinage des biens reste aujourd’hui encore le lieu de résidence privilégié de la lignée issue de Confucius. Ce phénomène social et cet état de fait participent également de l’authenticité des biens.

À lire aussi  Parc national de l'Ichkeul

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Temple, le Cimetière de Confucius et la Résidence de la famille Kong ont été inscrits dans le premier groupe de Sites nationaux prioritaires sous protection en 1961 et le bien est protégé au titre de la Loi sur la protection des vestiges culturels de la République populaire de Chine. L’institution officielle en charge de la protection et de la gestion des biens est le Comité directeur du patrimoine culturel de Qufu. Un système de garantie financière multi-canal et pérenne a été mis en place, des ressources spécifiques lui sont allouées chaque année pour  la conservation du patrimoine. Grâce à l’adoption et à l’application effective des lois et dispositions nationales et locales appropriées, les biens bénéficient d’une solide protection juridique.

La délimitation des biens et la zone tampon ont été précisément définies en 1986. Le Plan directeur de la ville de Qufu a été élaboré en 2003 et le Plan de réglementation de la Cité Ming de Qufu en 2007, règlementant ainsi la protection du cadre physique des biens. Ces textes garantissent, aux plans juridique, institutionnel et de leur gestion, la préservation de l’authenticité et de l’intégrité des biens. La protection du patrimoine figure désormais dans le plan de développement social et économique, le plan d’aménagement rural et urbain, le budget fiscal, la réforme du système et le système de responsabilisation des cadres de Qufu.

Une surveillance périodique quotidienne systématique a été menée pendant qu’un système global de surveillance du patrimoine et la base de données documentaire consacrée aux biens sont en cours d’élaboration. L’étude, la conception et la mise en œuvre des projets d’intervention se déroulent dans le strict respect des lois, dispositions et spécifications techniques en vigueur et en tenant compte également des chartes relatives à la protection du patrimoine culturel mondial. En outre, des mesures seront prises pour assurer l’authenticité et l’intégrité du patrimoine et de son environnement, et pour s’efforcer à offrir à un usage rationnel et un développement durable du bien.

© UNESCOhttps://whc.unesco.org/fr/list/704″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Une citation de Confucius

Quand on ne sait pas ce qu’est la vie, comment pourrait-on savoir ce qu’est la mort ?    Confucius

Mis à jour le 8 juillet 2022 par Dico Voyage