Centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar

Destination le centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar

À l’embouchure du Douro, la ville de Porto, s’étageant sur les collines dominant le fleuve, forme un paysage urbain exceptionnel qui témoigne d’une histoire de deux millénaires. Sa croissance continue, liée à l’activité maritime – ce sont les Romains qui la baptisèrent Portus, le port –, se lit dans la profusion des monuments qui s’y côtoient, de la cathédrale au chœur roman à la Bourse néoclassique en passant par l’église Santa Clara de style manuélin typique du Portugal.

Valeur universelle exceptionnelle du centre historique de Porto

Brève synthèse

Le Centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar, construit le long des collines surplombant l’embouchure du fleuve Douro au nord du Portugal, est un paysage urbain exceptionnel qui témoigne d’une histoire bimillénaire. Les Romains lui donnèrent au 1er siècle avant J.-C. le nom de Portus ou port. Des intérêts militaires, commerciaux, agricoles et démographiques convergeaient à cet endroit. Sa croissance continue, liée à l’activité maritime, se lit dans la profusion des monuments qui s’y côtoient, de la cathédrale au chœur roman à la Bourse néoclassique, en passant par l’église Santa Clara de style manuélin typique du Portugal. Le tissu urbain du centre historique de Porto et ses nombreux bâtiments historiques constituent un témoignage remarquable du développement au cours du dernier millénaire d’une ville européenne qui se tourne vers la mer pour enrichir ses liaisons culturelles et commerciales.

Des fouilles archéologiques ont révélé qu’il existait un établissement humain à l’embouchure du fleuve Douro dès le VIIIe siècle avant J.-C., où il y avait un comptoir phénicien. Au Ve siècle, la ville était devenue un centre administratif et commercial très important. Au cours des siècles suivants, elle a été soumise aux attaques et aux pillages de groupes successifs, comme les Suèves, les Wisigoths, les Normands et les Maures. Cependant, au début du XIe siècle, la ville est clairement définie comme faisant partie intégrante du royaume de Castille. L’expansion est arrivée au XIVe siècle avec la construction de murs d’enceinte massifs en pierre, destinés à protéger ses deux noyaux urbains : la ville médiévale d’origine et la zone portuaire située jusqu’alors extramuros. Le centre historique de Porto se trouve à l’intérieur de l’enceinte des murailles fernandines (ainsi nommées d’après Dom Fernando, sous le règne duquel elles ont été achevées en 1376), ainsi que de plus petites zones ayant conservé leurs caractéristiques médiévales. Cette zone conserve dans une large mesure le plan et le tissu urbain de la ville médiévale de Porto, avec quelques insertions ultérieures de monuments, ainsi que les deux sections de murailles fernandines toujours en place.

À lire aussi  Zone d'exploitation minière de la grande montagne de cuivre de Falun

Cette zone comprend de nombreux bâtiments ecclésiastiques importants tels que la cathédrale – dont le noyau roman date du XIIe siècle – et de belles églises de styles divers. Le centre historique comprend également de nombreux édifices publics exceptionnels, comme le théâtre São João (1796-1798 ; 1911-1918) et l’ancienne prison « Cadeia da Relação » (1765-1796). On trouve parmi les constructions ultérieures d’importance le Palácio da Bolsa (1842-1910) et la gare de São Bento (1900-1916). Cette architecture riche et variée traduit avec éloquence les valeurs culturelles des périodes successives – romane, gothique, Renaissance, baroque, néoclassique et moderne. Le tissu social et institutionnel de la ville est garant de sa survie en tant que centre historique. Ce bien comprend également le pont Luiz I et le monastère de Serra do Pilar.

 Critère (iv) : Le Centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar offre, de par son tissu urbain et ses nombreux édifices historiques, un témoignage remarquable du développement d’une ville européenne qui, au cours du dernier millénaire, s’est tournée vers la mer pour enrichir ses liaisons culturelles et commerciales.

Intégrité

Le périmètre de ce bien (51 ha) contient tous les éléments nécessaires pour exprimer la valeur universelle exceptionnelle du Centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar, notamment le tissu urbain et les édifices historiques témoignant de son développement au cours du dernier millénaire. Il existe une zone tampon de 186 ha. Le bien ne subit pas indûment des effets négatifs liés au développement et/ou au manque d’entretien. Plusieurs projets de réhabilitation figurant dans le plan de gestion ont été planifiés et partiellement mis en œuvre, en vue de renforcer l’intégrité du bien.

À lire aussi  Guerlédan

Authenticité

L’authenticité du tissu urbain du Centre historique de Porto, Pont Luiz I et Monastère de Serra do Pilar est absolue en termes d’emplacement et de cadre, de formes et conceptions et de matériaux et substances. Le bien témoigne de plus de mille ans d’occupation continue, avec des interventions successives laissant chacune ses empreintes. Les différents bâtiments, et notamment la profusion de biens ecclésiastiques, sont autant de témoins de cette histoire. Les gestionnaires municipaux appliquent des mesures juridiques et réglementaires pour préserver et entretenir les biens matériels et immatériels, défendant le tissu urbain existant et les caractéristiques du bâti, monumental ou non, du paysage, et de sa valeur esthétique. Des solutions sont à l’étude pour résoudre les problèmes de dépeuplement.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Tout le Centre historique de Porto est classé Monument national en vertu de la loi n°107/2001 du 8 septembre. Parmi les instruments de protection supplémentaires figurent la résolution du Conseil des Ministres n°19/2006 du 26 janvier et le Code réglementaire du Conseil municipal de Porto (2008). Une grande partie du centre historique – en général des bâtiments résidentiels plus petits – est propriété privée. Le reste est détenu par l’État, l’Église et les ordres religieux, le Conseil municipal, les paroisses civiles, les fondations et les associations, et Porto Vivo, SRU. Le Plan de gestion du patrimoine mondial pour le Centre historique de Porto comprend une enquête sur l’état de conservation, un plan d’action, un programme de suivi et un plan de communication. La mise en œuvre de ce plan de gestion étant complexe, une unité de gestion ad hoc a été créée pour la zone urbaine, chargée de résoudre au jour le jour les problèmes du Centre historique de Porto (Porto Vivo, SRU : Sociedade de Reabilitação Urbana da Baixa Portuense, SA).

À lire aussi  Zec Kiskissink

Pour conserver la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps, il conviendra de veiller à ce que les attributs qui sous-tendent cette valeur soient protégés, conservés et gérés, et de continuer à traiter, dans la mesure du possible, les problèmes liés au dépeuplement.

© UNESCOhttp://whc.unesco.org/fr/list/755″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 14 mars 2022 par Dico Voyage