Site fossilifère de Messel

Découvrir le site fossilifère de Messel

Messel est le site le plus riche au monde pour la compréhension du milieu vivant de l’éocène, période géologique située entre – 57 et – 36 millions d’années. Il fournit notamment des informations uniques sur les premières étapes de l’évolution des mammifères, dont il livre des fossiles exceptionnellement bien préservés, allant de squelettes totalement articulés jusqu’au contenu de l’estomac d’animaux de cette époque.

Valeur universelle exceptionnelle du site fossilifère de Messel

Brève synthèse  

Messel est le site fossilifère le plus riche pour la compréhension de l’évolution et de l’environnement durant le Paléogène, période qui a vu l’émergence des premiers mammifères modernes. Le bien présente une image géologique détaillée de la période de l’Éocène moyen, datant d’il y a 47 à 48 millions d’années. Il fournit des informations uniques sur les premières étapes de l’évolution des mammifères et est exceptionnel pour la qualité de conservation, la quantité et la diversité des fossiles de plus de 1 000 espèces de plantes et d’animaux, qui vont de squelettes totalement articulés, à des peaux, des plumes, des poils et des contenus d’estomac. Situé dans le Land de Hesse, ce site de seulement 42ha conserve un riche lit fossilifère de schistes bitumineux d’environ 190m d’épaisseur. Découverte au cours d’activités minières, la zone est désormais protégée et fait l’objet d’importantes recherches paléontologiques, qui ont largement contribué à notre connaissance de l’histoire de l’évolution. Les découvertes scientifiques importantes liées à ce site comprennent l’étude de l’évolution de l’écholocation grâce à des fossiles de chauves-souris exceptionnellement bien préservés et de nouvelles données vitales sur l’évolution des primates, des oiseaux et des insectes.

À lire aussi  Site fossilifère de Chengjiang

Critère (vii): Le site fossilifère de Messel est considéré comme le site le plus riche pour la compréhension de l’Éocène, période au cours de laquelle les mammifères se sont durablement installés dans tous les principaux écosystèmes terrestres. L’état de conservation de ses fossiles est exceptionnel et permet des travaux scientifiques de haute qualité.

Intégrité

Le site de Messel se trouvant sur les lieux d’une ancienne exploitation de schistes bitumineux, il a été fortement perturbé en superficie. Paradoxalement, c’est parce qu’il y a eu exploitation que la valeur scientifique du bien a été découverte. Lorsque la mine a cessé ses activités, vers la fin des années 1960, le site a été ouvert à des prospecteurs privés et même proposé comme décharge en 1971, menace qui a suscité un regain d’exploitation scientifique et l’inquiétude du public. Cela a eu pour conséquence l’achat de la fosse par le gouvernement et sa protection complète comme monument culturel. L’extraordinaire état de conservation des fossiles du site, qui permet la reconstruction de la morphologie de la flore et la faune préservée ainsi que de leur environnement, et l’engagement formel du gouvernement de le maintenir à long terme comme site d’intérêt scientifique, implique que les conditions d’intégrité du bien sont pleinement réalisées. Bien qu’une quantité importante de roches ait été extraite du site–environ 20 millions de tonnes pendant un siècle d’activité minière–le volume de sédiments bitumineux contenant des fossiles est encore gigantesque et loin d’être d’épuisé.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le site fossilifère de Messel est propriété du Land de Hesse. Les schistes bitumineux de la fosse ont été déclarés ressource minérale historique appartenant au patrimoine culturel au titre de la Loi de protection du patrimoine de Land de Hesse. Les activités dans la mine sont régies par le Code minier fédéral. Le bien est géré conjointement en vertu d’un accord entre le gouvernement, la société Senckenberg pour la recherche sur la nature et le « Messel Pit World Heritage Non-Profit Limited », une ONG fondée en 2003, qui est principalement responsable de la présentation du site aux visiteurs. Les actionnaires de cette ONG sont le Land de Hesse, la société Senckenberg pour la recherche sur la nature et la municipalité de Messel. Le site fossilifère de Messel est administré séparément du budget de l’État fédéral.

À lire aussi  Grottes d'Ajanta

Selon le droit allemand, la société Senckenberg pour la recherche sur la nature est gérante du site, et a conclu un accord avec le Land de Hesse pour la protection et la préservation de Messel. Le gérant est responsable de la mise en œuvre du principal plan d’exploitation de la mine, qui comporte le drainage des eaux, la stabilisation des pentes, la gestion de la végétation envahissante, la protection contre les intrus et la gestion de l’ancienne décharge au nord-est, ainsi que du soutien à la recherche scientifique. Le bien est entouré d’une clôture, et les travaux d’excavation et d’intervention sur les schistes bitumineux sont surveillés. Différents plans de développement et d’aménagement paysager ont été produits pour le site, ainsi qu’un plan de gestion global. Une zone tampon de 22,5ha a été établie autour du site afin de renforcer son intégrité et l’efficacité de sa protection et de sa gestion. Une plate-forme d’observation donnant sur la fosse, un centre d’information pour les visiteurs et un large éventail d’activités de communication concernant le site sont en place.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/720 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Le site fossilifère de Messel est une carrière désaffectée de schiste bitumineux. En raison de sa richesse en fossiles, il a une grande importance géologique et scientifique.

Le site de Messel est situé en Allemagne dans la Hesse à environ 35 km au sud-est de Francfort-sur-le-Main, près de Darmstadt.

Parmi les fossiles trouvés, on compte :

    • Plus de 10 000 poissons de nombreuses espèces ;
    • 1 000 insectes aquatiques et terrestres ;
    • Un grand nombre de petits mammifères (dont les plus beaux spécimens de Leptictidium) comprenant des chevaux pygmées, des souris, des primates (dont l’un des premiers, Darwinius masillae), des fouisseurs (opossums et tatous) et sept espèces de chauves-souris ;
    • Un grand nombre d’oiseaux, en particulier des espèces prédatrices ;
    • Des crocodiles, tortues et autres reptiles ;
    • Des grenouilles, salamandres et autres amphibiens ;
    • Plus de 31 restes de plantes, tels que des feuilles de palmier, fruits, pollen, bois, noix, et grappes de raisin.
À lire aussi  Cité de l'Énergie de Shawinigan

Mis à jour le 31 mars 2022 par Dico Voyage