Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar

Découvrir le Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar

La ville historique de Mostar, nichée dans la profonde vallée de Neretva, est une ancienne ville frontière ottomane qui s’est développée aux XVe et XVIe siècles, et durant la période austro-hongroise des XIXe et XXe siècles. Mostar se caractérise par ses maisons turques anciennes et par le vieux pont, Stari Most, qui lui a valu son nom. Lors des conflits des années 1990, la majeure partie de la ville historique et le vieux pont du célèbre architecte Sinan ont cependant été détruits. Le vieux pont a été reconstruit et de nombreux édifices de la vieille ville ont été restaurés ou rebâtis avec l’aide d’un comité scientifique international mis en place par l’UNESCO. Le quartier du vieux pont, avec ses caractéristiques architecturales (pré-ottomanes, ottomanes de l’Est, méditerranéennes et d’Europe occidentale), est un exemple remarquable d’occupation urbaine multiculturelle. Le pont reconstruit et la vieille ville de Mostar sont un symbole de la coopération internationale et de la coexistence de diverses communautés culturelles, ethniques et religieuses.

Valeur universelle exceptionnelle de Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar

Brève synthèse

Un lieu de peuplement, devenu au 15e siècle une structure urbaine, au croisement d’une rivière et d’une route, était à l’origine situé dans la vallée de la Neretva, entre la colline de Hum et au pied de la montagne Velez. Des documents historiques écrits attestent que dans ce lieu de peuplement relativement petit, le pont, dont l’origine remonte à 1459, était entouré de deux tours. Le nom actuel, Mostar, est mentionné pour la première fois en 1474, et dérive du terme mostari, les gardiens du pont. La ville historique de Mostar s’est développée aux 15e et 16e siècles, en tant que ville frontière ottomane, puis aux 19e et 20e siècles durant la courte période austro-hongroise. Mostar est connue depuis fort longtemps pour ses vieilles maisons turques et son Vieux pont, Stari most, une extraordinaire prouesse technique en matière de construction de pont. La partie historique de Mostar est le résultat de l’interaction, sur une longue période historique, entre des phénomènes naturels et la créativité humaine. L’essence même de la continuité culturelle au fil des siècles est représentée par la synthèse universelle des phénomènes de la vie : le pont et ses forteresses – avec de riches éléments archéologiques de l’époque pré-ottomane, les édifices religieux, les zones résidentielles (mahalas), les terres arables, les maisons, le bazar, sa vie publique dans les rues, et l’eau. L’architecture du lieu symbolisait la tolérance, celle d’une vie commune partagée entre musulmans, chrétiens et juifs. Les mosquées, les églises et les synagogues occupaient les mêmes rues, car dans cette région ont vécu ensemble pendant plus de quatre cents ans les Croates catholiques romains avec leur culture d’Europe occidentale, les Serbes orthodoxes avec leurs éléments de culture byzantine, les Juifs sépharades, et les Bosniaques musulmans. Une architecture propre à la région a ainsi été créée et elle nous a laissé une série de réalisations architecturales uniques, de dimensions assez modestes mais d’une très grande importance pour l’histoire culturelle de son peuple. Le processus créatif a produit un flux constant d’influences culturelles variées qui, tels des courants qui s’unissent pour former une seule rivière, est devenu bien plus que la simple addition d’éléments contributifs individuels. Lors du conflit de 1990, la plus grande partie de la ville historique et le Vieux pont, un chef d’œuvre conçu par le célèbre architecte mimar Hajruddin selon les plans de son maître et professeur le grand architecte mimar Sinaa, ont été détruits. Le Vieux pont a été reconstruit en 2004 et de nombreux édifices de la vieille ville ont été restaurés ou reconstruits avec l’aide du Comité scientifique international mis en place par l’UNESCO.

Le secteur du Vieux pont, avec ses caractéristiques architecturales pré-ottomanes, ottomanes orientales, méditerranéennes et de l’ouest de l’Europe, est un exemple exceptionnel d’occupation urbaine multiculturelle. Le Vieux pont et la vieille ville de Mostar reconstruits sont des symboles de la réconciliation, de la coopération internationale et de la coexistence de différentes communautés culturelles, ethniques et religieuses.

Critère (vi) : Avec la « renaissance » du vieux pont et de son environnement, la force et la signification symboliques de la ville de Mostar – symbole universel et exceptionnel de la coexistence de communautés d’origines culturelles, ethniques et religieuses différentes – sont renforcées et confortées, soulignant les efforts illimités de la solidarité humaine pour la paix et une coopération solide face à des situations catastrophiques écrasantes.

Intégrité

Le bien inscrit s’étend sur une superficie de 7,6 ha, avec une zone tampon de 48 ha, et inclut les éléments nécessaires à l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle. Après les travaux de reconstruction, le Vieux pont demeure un témoignage, dans le temps et l’espace, de l’histoire de la vieille ville de Mostar. Les travaux de reconstruction de l’ensemble architectural du Vieux pont et de ses structures monumentales avoisinantes et de l’infrastructure et de la majorité du tissu urbain ont tenu compte de l’intégrité générale du lieu. Ce résultat a été rendu possible en se conformant à l’aspect et aux caractéristiques des structures telles qu’elles étaient avant la guerre, et ce, afin de conserver les dimensions, les formes, l’échelle et la matérialisation tant horizontales que verticales – en d’autres mots, l’expression intégrale de la vieille ville de Mostar. Les caractéristiques exceptionnelles du secteur historique urbain de Mostar ont pu être à nouveau présentées dans leur lien étroit entre éléments construits et éléments naturels, avec le Vieux pont, un chef d’œuvre de la construction de ponts.

Les éléments qui reflètent la valeur universelle exceptionnelle du bien sont présents in situ, y compris les éléments immatériels (en particulier son pouvoir symbolique). En outre, les découvertes archéologiques des ponts de l’époque médiévale (situés presque au même endroit que le Vieux pont actuel), soulignent la forte intégrité historique et fonctionnelle ainsi que la capacité des architectes et urbanistes à intégrer de nouveaux principes de développement et l’architecture à des éléments des premiers temps de l’ère médiévale.

La vieille ville de Mostar, façonnée et définie au cours des époques médiévales, ottomanes et austro-hongroises, a préservé sa cohérence d’ensemble avec des traits caractéristiques reconnaissables de son paysage urbain et une réelle lisibilité de sa matrice urbaine et morphologique, sans introduire de modifications sous la forme de structures nouvelles ou renouvelées de manière inappropriée.

Authenticité

La reconstruction du Vieux pont s’est appuyée sur une analyse précise, détaillée et multidimensionnelle faite sur la base d’une documentation de haute qualité. L’authenticité de la forme et le recours à des matériaux et techniques authentiques peuvent être clairement mis en évidence, la reconstruction s’étant faite au vu et au su de tous. Les matériaux d’origine non réutilisés ont été exposés dans un musée, qui est devenu une partie intégrante des travaux de reconstruction. La reconstruction du tissu du pont doit être envisagée comme le contexte de la restauration des aspects immatériels du bien.

À l’échelle de la ville, l’authenticité est préservée au moyen d’une réhabilitation favorisant l’intégration du centre historique par la rénovation des structures physiques et l’introduction des fonctions adaptées. L’utilisation des volumes, des sites et des matériaux de construction d’origine pour chaque structure a permis de préserver la typologie et la morphologie du tissu historique. Les principales caractéristiques de la ville, de l’environnement naturel et de la matrice urbaine avec ses éléments architecturaux majeurs demeurent authentiques.

L’authenticité architecturale est obtenue en appliquant des théories et des pratiques contemporaines alliées à de grands travaux de recherche et de réutilisation des éléments trouvés sur le site. La reconstruction est fidèle à l’idée et aux principes de la structure d’origine, en respectant les différentes strates de l’histoire et les précédents travaux de restauration.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Les mesures de protection s’inscrivent dans le contexte d’une série de lois destinées à protéger de façon cohérente les monuments nationaux inscrits, en particulier la Loi sur la mise en œuvre des décisions de la Commission de conservation des monuments nationaux de Bosnie-Herzégovine (2002), la Loi sur la protection et l’usage du patrimoine culturel, historique et naturel de la République socialiste de Bosnie-Herzégovine (1985) et la Loi sur la planification et l’usage des terres dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine (2006) ainsi que d’autres lois et réglementations en lien avec les précédentes. En outre, le Secteur historique urbain de Mostar a été désigné « Monument national », ses limites correspondent à celles du bien inscrit.

En ce qui concerne la gestion du bien, le Plan de gestion de la vieille ville de Mostar a été mis en œuvre. Ce document, composé de quatre parties (gouvernance, finance, planification et mise en œuvre, et qui comprend également le Schéma directeur de 2001) a été élaboré afin de conserver et de protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien. Le plan définit également les activités nécessaires à une gestion adaptée et à un usage durable du bien du patrimoine mondial qui soient en adéquation avec sa valeur universelle exceptionnelle, ses caractéristiques culturelles et historiques, sa protection durable et la conservation de ses valeurs culturelles. Le plan de gestion souligne également le rôle actif du bien dans l’amélioration des conditions et de la qualité de vie de la communauté locale. Un schéma directeur a été adopté par le Gouvernement de la Fédération de Bosnie-Herzégovine.

Sur le plan opérationnel, le Conseil municipal de Mostar a mis en place l’agence « Stari Grad » dont le siège est à Mostar. Elle est en charge de la conservation, du développement, de la gestion et du suivi du site. L’agence travaille en étroite collaboration avec d’autres institutions également en charge de protection du patrimoine (principalement l’Institut fédéral en charge de la protection des monuments). Les travaux relatifs à la protection du patrimoine sont en grande partie financés par le Gouvernement de la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la Ville de Mostar. La municipalité met également en œuvre des projets d’amélioration des infrastructures de la ville.

Veiller efficacement à ce que les pressions liées au développement ne menacent pas les conditions d’intégrité et la conservation du bien et de sa zone tampon demeure un défi. À cette fin, les services en charge de la protection du patrimoine doivent disposer de mesures effectives afin d’empêcher et d’atténuer tout impact négatif potentiel.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/946″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Le Stari Most (« le vieux pont » en bosnien) de Mostar est un pont du XVIe siècle qui relie les deux parties de cette ville de Bosnie-Herzégovine (Fédération de Bosnie-et-Herzégovine). Il permet de passer d’une rive à l’autre du fleuve Neretva.

Mis à jour le 14 mars 2022 par Dico Voyage