Les quatre ascenseurs du canal du Centre et leur site, La Louvière et Le Roeulx (Hainaut)

Découvrir les quatre ascenseurs du canal du Centre et leur site, La Louvière et Le Roeulx (Hainaut)

Les quatre ascenseurs hydrauliques pour bateaux, regroupés sur un court segment de l’historique canal du Centre, constituent des monuments industriels de la plus haute qualité. Avec le canal lui-même et ses structures associées, ils offrent un exemple remarquablement bien préservé et complet d’un paysage industriel de la fin du XIXe siècle. Des huit ascenseurs hydrauliques à bateaux édifiés à cette époque et au début du XXe siècle, les quatre ascenseurs du canal du Centre sont les seuls au monde subsistant dans leur état originel de fonctionnement.

Valeur universelle exceptionnelle les quatre ascenseurs du canal du Centre et leur site, La Louvière et Le Roeulx

Brève synthèse

Les quatre ascenseurs hydrauliques pour bateaux, regroupés sur un court segment de l’historique canal du Centre, sont des monuments industriels de la plus haute qualité. Avec le canal lui-même et ses structures associées, ils constituent un exemple remarquablement préservé et complet d’un paysage industriel de haute technologie de la fin du XIXe siècle.

La construction du canal du Centre visait à assurer la liaison entre les bassins de la Meuse et de l’Escaut et faisait partie du programme de désenclavement du Hainaut, région riche en industries, notamment charbonnière mais peu fournie en voies navigables naturelles pouvant permettre l’exportation du charbon. Le creusement a débuté en 1884 et l’ouverture à la navigation a eu lieu en 1917.

Dès le début du projet, les concepteurs ont été confrontés à un double problème : le franchissement d’une déclivité importante sur une courte distance et une faible alimentation en eau. La technique répondant le mieux à ces contraintes était celle des ascenseurs à bateaux, mise au point par des ingénieurs anglais et qui utilise uniquement la force hydraulique.

Sur un parcours de 7 km, une série unique au monde de 4 ascenseurs ont été construits, chacun permettant de franchir une dénivellation de 15 à 16 mètres. Le parcours est jalonné d’une série d’ouvrages d’art dont deux ponts fixes et deux ponts levants ou tournants. Le bien comprend également l’ancienne écluse no 1 de Thieu, aujourd’hui désaffectée, ainsi que trois bâtiments abritant la machinerie hydraulique nécessaire au bon fonctionnement des ascenseurs. On recense également plusieurs maisons à deux étages pour héberger le personnel de fonction.

À lire aussi  Parc national de l'Ichkeul

En 1911, un programme de plantation des berges accompagne la réalisation du canal. Des essences diverses d’arbres sont utilisées: ormes gras et frênes blancs d’Amérique, chênes, peupliers, érables et sycomores, avec des taillis d’aulnes, parfois associés à des saules, des bouleaux et des robiniers. Des espèces variées (pin noir, robinier, érable, noisetier, sureau et peuplier) furent plantées autour des ascenseurs. Aujourd’hui, les plus répandues sont le tilleul, l’érable, le marronnier et le frêne.

Des huit ascenseurs hydrauliques à bateaux édifiés à cette époque et au début du XXe siècle, les quatre ascenseurs du canal du Centre sont les seuls au monde subsistant dans leur état originel de fonctionnement et toujours en cours d’utilisation.

Le canal qui peut accueillir des bateaux de 300 tonnes est actuellement voué à la navigation de plaisance.

Critère (iii) : Les ascenseurs pour bateaux du canal du Centre sont un témoignage exceptionnel des remarquables développements de l’ingénierie hydraulique du XIXe siècle en Europe.

Critère (iv) : Ces ascenseurs pour bateaux représentent l’apogée de l’application de l’ingénierie à la construction de canaux.

Intégrité

Même s’il est maintenant utilisé pour la navigation de plaisance, le canal du Centre a toujours été maintenu en activité, ce qui a assuré sa pérennité. Les ascenseurs sont toujours actionnés par la force hydraulique et les ouvrages d’art (ponts tournants, relevants, etc.) n’ont pas été modernisés et fonctionnent toujours selon les techniques d’origine.

Authenticité

Le degré d’authenticité est très élevé à tous les égards. Les ascenseurs n’ont subi aucune modification depuis leur construction, et leur machinerie présente sa forme originale ainsi qu’un parfait état. De même, les autres composants de ce paysage industriel ont été préservés et maintenus dans leur forme originale, en dépit de quelques modifications minimales dues à des développements technologiques mineurs. Les édifices de briques et de pierre sont bien entretenus et restaurés, de manière respectueuse. Il en va de même des parties métalliques : la technique du rivetage n’étant plus utilisée en Belgique, il a dû être fait appel à une société étrangère afin d’assurer la restauration à l’identique d’un bac endommagé par une péniche.

À lire aussi  Béguinages flamands

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le canal du Centre et les ascenseurs ont été classés par arrêté du 22 septembre 1992. Un second arrêté du 1er février 2002 a étendu le classement à la salle des machines des ascenseurs 2 et 3 incluant ses équipements, et aux maisons de fonction qui l’encadrent. Le même arrêté a établi une zone de protection autour du canal. En outre, la totalité des éléments classés figure sur la liste du patrimoine exceptionnel de Wallonie, soit le plus haut niveau de protection prévu par la législation wallonne. Les arbres qui longent le canal ont été inscrits sur la liste des arbres et haies remarquables en 1995.

Le canal du Centre et ses ascenseurs à bateaux sont des propriétés publiques. Elles relèvent de la Direction générale opérationnelle des Voies hydrauliques de Wallonie dont le personnel assure le fonctionnement, la maintenance et la gestion.

Les ingénieurs disposent des plans originaux pour orienter les décisions à prendre en matière de conservation et de gestion. La valorisation touristique est confiée à une association « Voies d’eau du Hainaut » qui dépend de la Province du Hainaut.

Suite à la décision du Gouvernement wallon du 25 août 2011 de doter les sites wallons inscrits sur la Liste du patrimoine mondial d’un plan de gestion, un Comité de pilotage, un Comité scientifique et un Comité de gestion ont été établis.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/856 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Les ascenseurs à bateaux du canal du Centre sont quatre ascenseurs à bateaux hydrauliques construits en Belgique entre 1888 et 1917. Ils permettent de compenser ensemble une dénivellation de 66 mètres. De ces quatre ascenseurs, le premier permet de rattraper une dénivellation de 15,40 mètres, les trois autres de 16,93 mètres chacun. Le site des quatre ascenseurs du canal du Centre, dans les communes de La Louvière et du Rœulx (Hainaut), a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1998.

À lire aussi  Activités à faire à Paris : comment choisir la meilleure activité ?

Avant 1880, la gestion des charbonnages dans la région du Centre demandait une liaison par voie navigable avec Mons d’une part et le canal Bruxelles-Charleroi d’autre part. La solution des écluses était impossible par manque d’eau et étant donné les déclivités importantes (68 m pour 7 km). La solution répondant le mieux aux contraintes était la technique des ascenseurs à bateaux, qui utilise la seule force hydraulique1. Jean Kraft de Saulx, ingénieur en chef de la société John Cockerill proposa la formule des ascenseurs hydraulique mise au point à Anderton (Cheshire) à 40 km de Liverpool (1874) et adoptée par Edwin Clarck à Fontinettes près de Saint-Omer en 18812.

Ainsi furent construits les ascenseurs, qui se trouvent sur un canal de liaison entre le bassin de la Meuse et l’Escaut, dénommé « canal du Centre », dans la province de Hainaut en Région wallonne.

Ces ascenseurs sont doubles, les poids des deux bacs se compensant et permettant une manipulation par la seule force hydraulique. Ce type de dispositif était cependant déjà en vigueur sur des ouvrages plus anciens et plus modestes (par exemple le funiculaire de Bom Jesus).

Les ascenseurs à bateaux du canal du Centre, qui n’ont subi aucune modification depuis leur mise en service, ont été classés au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1998.

Des huit ascenseurs à bateaux de ce type construits à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les quatre du canal du Centre sont les seuls fonctionnant encore avec leur machinerie et leur mécanisme d’origine.

Depuis 2002, l’usage de ces ascenseurs est limité à la navigation de plaisance. Pour le trafic de marchandises, l’ascenseur de Strépy-Thieu est désormais opérationnel.

Mis à jour le 22 avril 2022 par Dico Voyage