Les grandes villes d’eaux d’Europe

Découvrir les grandes villes d’eaux d’Europe

Le site transnational des grandes villes d’eaux d’Europe comprend 11 villes situées dans sept pays européens : Bad Ems (Allemagne) ; Baden-Baden (Allemagne) ; Bad Kissingen (Allemagne) ; Baden bei Wien (Autriche) ; Spa (Belgique) ; Vichy (France) ; Montecatini Terme (Italie) ; Ville de Bath (Royaume-Uni) ; Franzensbad (Tchéquie) ; Karlovy Vary (Tchéquie) ; et Marienbad (Tchéquie). Toutes ces villes se sont développées autour de sources d’eau minérale naturelles. Elles témoignent de la culture thermale européenne internationale qui s’est développée du début du XVIIIe siècle aux années 1930, conduisant à l’émergence de grandes stations internationales qui ont influencé la typologie urbaine autour d’ensembles de bâtiments thermaux tels que les kurhaus et les kursaal (bâtiments et salles dédiés à la cure), les salles de pompage, les halls des sources, les colonnades et les galeries, conçues pour exploiter les ressources naturelles en eau minérale et les utiliser pour les bains et les cures d’eau thermale. Les équipements comprennent des jardins, des salons de réunion, des casinos, des théâtres, des hôtels et villas, ainsi que les infrastructures de soutien spécifiques aux stations thermales. Ces ensembles sont tous intégrés dans un contexte urbain global caractérisé par un environnement thérapeutique et récréatif soigneusement géré dans un paysage pittoresque. Ces sites témoignent collectivement de l’échange d’idées et d’influences dans le cadre du développement de la médecine, des sciences et de la balnéothérapie.

© UNESCO https://whc.unesco.org/fr/list/1613 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Site transfontalier avec l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Italie, le Royaume-Uni et la Tchéquie.
1 site en France : Vichy. Les grandes villes d’eaux d’Europe est un site transfrontalier, constitué de onze stations thermales représentatives de ce phénomène culturel et social développé depuis le siècle des Lumières jusqu’au début du XXe siècle en Europe, inscrit le 24 juillet 2021 au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) durant la 44e session du Comité du patrimoine mondial.

À lire aussi  Églises en bois de Slovaquie

Les « grandes villes d’eaux d’Europe » est le thème de la candidature conjointe de sept pays qui ont soumis en 2014 à l’inscription sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO un ensemble de seize stations thermales réparties sur le continent européen1. Le 24 juillet 2021 onze d’entre elles sont retenues et inscrites la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.

La Région de Karlovy Vary en Tchéquie est à l’origine en 2006 du projet initial de soumettre les trois villes d’eaux du triangle de la Bohême de l’Ouest, Carlsbad (Karlovy Vary en tchèque), Marienbad (Mariánské Lázně en tchèque) et Franzensbad (Františkovy Lázně en tchèque) à l’inscription sur la liste indicative du patrimoine mondial5.

Par la suite, une analyse comparative des différents sites européens du thermalisme réalisée par une commission consultative d’experts internationaux, réunis sous l’égide de l’Institut national du patrimoine de la Tchéquie, a conduit, en 2011, à la sélection de villes d’eaux susceptibles d’être intégrées à la liste initiale qui, de nationale, allait, sous le titre de « Significant European Spa Towns of the 19th Century », devenir multinationale : aux trois villes précédentes sont ajoutées les stations thermales de Luhačovice, Baden-Baden, Spa, Vichy, Bath et Montecatini Terme. Sont jointes ensuite les villes de Bad Ischl, Baden bei Wien, Bad Kissingen, Bad Ems, Bad Homburg vor der Höhe, Wiesbaden et Bad Pyrmont et le projet prend le nom de « Great spas of Europe » (Grandes villes d’eau d’Europe). Un groupe de travail international, coordonné par un comité de pilotage dirigé par un représentant du ministère de la Culture de la Tchéquie, a élaboré la documentation destinée à accompagner la candidature adressée individuellement par chacun des États concernés.

À lire aussi  Vallée du M'Zab

L’ensemble proposé est constitué par seize villes d’eaux représentatives de ce phénomène culturel et social du thermalisme développé entre le siècle des Lumières et les années 1920 en Europe1.

Le rôle thérapeutique des villes sélectionnées s’est déployé autour des soins de santé tels qu’ils étaient prodigués, avant le recours à l’allopathie, à partir des sources d’eaux minérales naturelles, déjà exploitées dans les premiers thermes romains, et qui ont servi de cadre international à l’évolution de la médecine. Le cadre est créé en fonction de la localisation des sources, des propriétés de l’eau et des pratiques médicales. Les établissements thermaux abritent des buvettes, des bains et des salles de soins où sont administrés les traitements médicaux sous forme de cures de boisson, de bains, d’inhalations, ou de bains de boue1.

Les pratiques médicales sont ici associées aux pratiques mondaines que favorisent les salons des grands hôtels et des villas, les larges promenades et les jardins d’agrément, les lieux de cultes de toutes confessions, les casinos, les hippodromes, les théâtres, les salles de concerts et les cafés à l’atmosphère cosmopolite et multiculturelle favorisant les réunions sociales, les rencontres diplomatiques, les activités artistiques. La notoriété des villes sélectionnées est caractérisée par l’accueil et le séjour de têtes couronnées et de célébrités1.

Les villes sélectionnées ont contribué à la construction d’une culture et d’une société et répandu la tradition européenne de la ville d’eaux dans d’autres parties du monde sous l’influence des pays européens. Berceau du thermalisme, elles ont influencé d’autres types de lieux de soin comme les stations balnéaires ou climatiques et conduit à l’émergence et au développement d’une industrie touristique. L’ensemble proposé concentre des caractéristiques de typologie et de renommée qui ne se retrouvent simultanément présentes dans aucun aucun autre site étudié

À lire aussi  Parc naturel de l'Ardenne méridionale

Mis à jour le 13 mars 2022 par Dico Voyage