Sites de jarres mégalithiques de Xieng Khouang – plaine des Jarres

Ajouter un commentaire
Megalithic Jar Sites in Xiengkhuang – Plain of Jars

The Plain of Jars, located on a plateau in central Laos, gets its name from more than 2,100 tubular-shaped megalithic stone jars used for funerary practices in the Iron Age. This serial property of 15 components contains large carved stone jars, stone discs, secondary burials, tombstones, quarries and funerary objects dating from 500 BCE to 500 CE. The jars and associated elements are the most prominent evidence of the Iron Age civilization that made and used them until it disappeared, around 500 CE.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sites de jarres mégalithiques de Xieng Khouang – plaine des Jarres

Plus de 2 100 jarres de pierre mégalithiques ont donné leur nom à la plaine des Jarres, située sur un plateau du Laos central. De forme tubulaire, elles étaient destinées à des pratiques funéraires au cours de l’Âge du fer. Ce bien en série de 15 éléments comprend des grandes jarres de pierre taillée, des disques de pierre, des sépultures secondaires, des pierres tombales ou encore des carrières et des objets funéraires. Les sites datent de 500 AEC à 500 EC. Il s’agit du témoignage le plus important de la civilisation de l’Âge du fer qui les fabriqua et les utilisa avant de disparaître vers 500 EC.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مواقع الجرار المغليثية في زيانغهوانغ – سهل الجرار

اكتسب سهل الجرار، الواقع هضبة في وسط لاوس، اسمه هذا من أكثر من 2100 جرة حجرية تعود للعصر الحجري. وكانت الجرار أنبوبية الشكل، مخصصة لمراسم الدفن خلال العصر الحديدي. ويتكون هذا الموقع من سلسلة تضم 15 عنصراً من الجرار الكبيرة المصنوعة من الحجارة المنحوتة، والأقراص الحجرية، والمدافن الثانوية، وشواهد القبور، والمحاجر ومعدات مراسم الدفن. وتعود المواقع إلى الفترة الممتدة من 500 قبل الميلاد حتى 500 ميلادي. ويعد من أبرز المواقع الشاهدة على حضارة العصر الحديدي التي شيدتها واستخدمتها قبل أن تختفي حوالي عام 500 ميلادي.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

川圹巨石缸遗址-石缸平原

位于老挝中部高原的石缸平原得名于其上的2100多个巨型石缸,这些石缸是铁器时代的丧葬遗迹。整个遗产地包含15个组成部分。除巨型石缸之外,这里还有可追溯到公元前500年至公元500年的石盘、墓葬品、墓碑、采石场等。石缸和相关元素是这个铁器时代文明最突出的证据,这些物品的制造和使用贯穿该文明的整个过程,直至其于公元500年前后消失。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Мегалитические кувшины в Сиангкхуанг: Долина кувшинов

Долина кувшинов, расположенная на плато центрального Лаоса, получила свое название от более 2100 трубчатых по форме мегалитических кувшинов, которые использовались в погребальных обрядах в железном веке. Данный объект состоит из 15 элементов и включает большие кувшины из резного камня, каменные диски, вторичные захоронения, надгробия, карьеры и погребальные предметы, датируемые 500 г. до н.э.- 500 г. н.э. Эти мегалитические кувшины и связанные с ними элементы являются наиболее ярким свидетельством цивилизации железного века, изготовлявшей и использовавшей эти объекты вплоть до своего исчезновения примерно в 500 году н. э.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Conjunto de ‘kofun’ de Mozu-Furuichi ­– Túmulos funerarios del antiguo Japón

Situado en una meseta que se alza en la llanura de Osaka, este sitio comprende 49 “kofun” o antiguos túmulos. Los “kofun” son de tamaños muy diferentes y pueden ser cuadrados o redondos, o bien presentarse en forma de ojos de cerradura, e incluso de conchas de moluscos marinos. Destinados a servir de sepulturas para personajes importantes, estos túmulos contienen diversos objetos funerarios como armas, arneses y distintivos honoríficos. Estaban decorados con “haniwa”, estatuas de barro en forma cilíndrica o figurativa con representaciones de casas, utensilios, armas y siluetas humanas. De los 160.000 “kofun” existentes en Japón, los que alberga este sitio constituyen el mejor ejemplo palpable de la riqueza cultural del Periodo ‘Kofun’, que se extendió desde el siglo III hasta el VI. Estos túmulos son ilustrativos de las diferencias existentes en esa época entre las distintas clases sociales y ponen de manifiesto la existencia de una cultura funeraria sofisticada.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Plus de 2 100 jarres de pierre mégalithiques de forme tubulaire destinées à des pratiques funéraires au cours de l’âge du fer ont donné son nom à la plaine des Jarres. Ce bien en série de 15 éléments comprend 1 325 grandes jarres en pierre taillée, des disques de pierre (peut-être les couvercles des jarres), des sépultures secondaires, des pierres tombales, des carrières, des sites de fabrication, des objets funéraires et d’autres matériels et éléments archéologiques. Situées sur les pentes des collines et des éperons qui entourent le plateau central, les jarres sont imposantes, bien conçues, et leur fabrication et déplacement des sites de carrières aux sites funéraires requéraient des compétences technologiques. Les jarres et les éléments associés constituent le témoignage le plus important de la civilisation de l’âge du fer qui les fabriqua et les utilisa, et dont on sait peu de choses. Les sites datent d’entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C. (et peut-être jusqu’à 800 apr. J.-C.). Les jarres et les éléments archéologiques associés constituent les témoignages de ces anciennes pratiques culturelles, y compris les hiérarchies sociales associées. La plaine des Jarres est située à un carrefour historique de deux systèmes culturels majeurs de l’âge du fer de l’Asie du Sud-Est – le système Mun-Mékong et le système du fleuve Rouge/golfe du Tonkin. Du fait que cette zone a facilité les mouvements dans la région, favorisant le commerce et les échanges culturels, il semblerait que la répartition des sites de jarres est liée à des routes terrestres.

Critère (iii) : La plaine des Jarres présente un témoignage exceptionnel sur la civilisation qui conçut et utilisa ces jarres pour des pratiques funéraires pendant une période allant de 500 av. J.-C. à 500 apr. J.-C. environ. La taille des jarres mégalithiques, leur grand nombre et leur large répartition au sein de la province de Xieng Khouang sont remarquables, et le bien en série de 15 éléments comprend un éventail de sites qui peuvent témoigner de l’extraction, de la fabrication, du transport et de l’utilisation de ces jarres funéraires durant cette longue période de l’histoire culturelle de l’Asie du Sud-Est.

Intégrité

L’intégrité du bien en série est basée sur les vestiges matériels présents dans les 15 éléments, le caractère intact des éléments individuels et de la série dans son ensemble, et l’état de conservation relativement stable des attributs. Il existe des impacts sur l’intégrité visuelle de certains éléments, comme la construction de nouvelles maisons et d’un temple bouddhiste à l’extérieur de la zone tampon du site 1 ; des routes et pistes mal situées au sein de plusieurs éléments ; et des problèmes de conservation et de constructions intrusives au sein du site 3. Certains attributs ont été par le passé endommagés par les bombardements et d’autres effets de la guerre, et par le pâturage.

Authenticité

L’authenticité du bien en série est basée sur la forme, la conception, les matériaux et la situation des jarres mégalithiques et d’autres attributs comme les couvercles, les sépultures secondaires et les gisements archéologiques. Pour la plupart, les matériels sont d’origine, situés dans leur lieu d’origine, et les gisements archéologiques ont été relativement peu perturbés. Si des facteurs ont par le passé endommagé les jarres et leur cadre, leur grand nombre, leur ancienneté et leur état soutiennent l’authenticité du bien en série.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien en série est protégé par la loi de 2013 sur le patrimoine national, soutenue par le décret de 1997 du président de la République démocratique populaire lao sur la préservation du patrimoine culturel, historique et naturel, ainsi que par le décret no 996 du gouverneur provincial concernant la gestion et la conservation des sites du patrimoine mondial de la plaine des Jarres. En outre, le décret n° 870 concernant la création et le fonctionnement de la division technique du patrimoine de la plaine des Jarres définit la structure et les tâches du nouveau bureau de gestion du site. Le décret no 995 du gouverneur provincial prévoit un mécanisme de financement de la conservation des sites grâce au partage des revenus du tourisme. La mise en œuvre des mécanismes de protection intervient aux niveaux national, provincial, des districts et des villages. La coordination est assurée par le Comité national pour le patrimoine mondial et le Comité directeur du patrimoine de Xieng Khouang. Un plan d’action quinquennal de projets spécifiques a été élaboré, y compris un plan de recherche archéologique, ainsi que des ressources pour la pose de clôtures, des équipements de base pour les visiteurs, des améliorations de la voirie, la mise en œuvre de la loi nationale sur le patrimoine, et la production de matériels d’interprétation. La gestion quotidienne de la plupart des éléments est assurée par les villages proches sur la base de contrats établis avec le gouvernement provincial ; et une formule de répartition des recettes de billetterie avec les communautés locales est en place.

Les principaux facteurs affectant ce bien sont les processus de détérioration naturelle et les futures pressions dues au développement. L’État partie a récemment mené à bien l’élimination des engins non explosés des éléments du bien, levant ainsi opportunément un obstacle majeur pour l’accès, la recherche et la sécurité.

Le système de gestion doit être perfectionné, notamment par l’établissement d’un plan de gestion et d’un plan de conservation pour garantir la coordination et des approches de conservation cohérentes, et poursuivre les nécessaires améliorations stratégiques à long terme. Plusieurs aspects du système de gestion doivent encore être pleinement mis en œuvre, comme les dispositions relatives à l’étude d’impact sur le patrimoine. L’interprétation et l’apport d’informations sur les sites pour les visiteurs sont modestes et devraient être renforcés à plus long terme, particulièrement à la lumière des recherches archéologiques en cours et des initiatives en faveur du tourisme durable dans la province.

© UNESCO – Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Laisser une réponse