Complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus

Découvrir le complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus

Le musée Plantin-Moretus est une imprimerie et maison d’édition datant de la Renaissance et de l’époque baroque. Situé à Anvers – avec Paris et Venise, l’une des trois villes les plus importantes pour les débuts de l’imprimerie en Europe –, il est étroitement lié à l’histoire de l’invention et de la diffusion de la typographie. Son nom rend hommage au plus grand imprimeur-éditeur de la seconde moitié du XVIe siècle : Christophe Plantin (vers 1520-1589). Outre sa valeur architecturale exceptionnelle, le monument contient une importante collection d’objets témoignant de la vie et du travail dans l’imprimerie et maison d’édition la plus prolifique d’Europe à la fin du XVIe siècle. L’entreprise est restée en activité jusqu’en 1867 et son bâtiment renferme une vaste collection d’anciens équipements d’imprimerie, une grande bibliothèque, de précieuses archives et des œuvres d’art, notamment un tableau de Rubens.

Valeur universelle exceptionnelle du complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus

Brève synthèse

Le complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus est l’unique atelier d’imprimerie/maison d’édition datant de la Renaissance et de l’époque baroque existant encore à ce jour. Situé à Anvers qui fut, avec Paris et Venise, l’une des trois plus importantes villes des débuts de l’imprimerie en Europe, il est associé à l’histoire de l’invention et de la dissémination de la typographie. Son nom fait référence au plus grand imprimeur-éditeur de la seconde moitié du XVIe siècle, Christophe Plantin (env. 1520-1589) et à son gendre, Jan Moretus père (1543-1610), qui reprit l’imprimerie la mieux équipée d’Europe à la mort de Plantin.  Grâce à la famille Moretus, les activités de la société se sont poursuivies pendant trois siècles, entre 1567 et 1867, dans le même lieu. Dix ans plus tard, le complexe fut transformé en musée consacré à la relation entre le cadre de vie de la famille, le monde du travail et le milieu du commerce aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Au cours des siècles, le complexe a évolué afin d’intégrer une demeure patricienne ainsi que les ailes nord, sud, ouest et est à la partie centrale du bâtiment qui date de 1576-1580. Cette évolution s’est réalisée en trois étapes (1578-1584, 1620-1640 et 1760-1763) et a permis de créer une cour intérieure. Outre sa valeur  architecturale exceptionnelle, le complexe illustre de façon exhaustive la vie et le travail de ce qui fut la plus prolifique maison d’impression et d’édition en Europe à la fin du XVIe siècle. Dans l’enceinte du complexe, sont présentés l’équipement des ateliers (imprimerie, fonderie, salle des caractères), les biens meubles demeurés in situ (équipements, outils, une très riche bibliothèque, meubles, portraits), les inestimables archives commerciales de l’Officina Plantiniana (inscrites en 2001 sur la liste mondiale du patrimoine documentaire de l’UNESCO « Mémoire du Monde ») et des œuvres d’art dont des peintures de l’atelier de Rubens.

Critère (ii) : À travers les publications de l’Officine Plantinienne, le complexe Plantin-Moretus, témoigne du rôle considérable, joué par cet important centre de l’humanisme européen au XVIe siècle, dans le développement des sciences et de la culture.

Critère (iii) : Considérées comme partie intégrante de la « Mémoire du Monde » (UNESCO, 2001), les Archives Plantiniennes, comprenant la comptabilité de l’Officine, les livres de comptes commerciaux et la correspondance avec plusieurs savants et humanistes de renommée mondiale, témoignent, de façon exceptionnelle, d’une tradition culturelle de premier ordre.

Critère (iv) : Exemple exceptionnel de la relation entre le cadre de vie d’une famille aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, le monde du travail et le milieu du commerce, le complexe Plantin-Moretus présente une valeur documentaire sans égal sur des périodes significatives de l’Histoire en Europe : Renaissance, Baroque, Classicisme.

Critère (vi) : Le complexe Plantin-Moretus est matériellement associé à des idées, des croyances, des technologies et des œuvres littéraires et artistiques ayant une signification universelle exceptionnelle.

Intégrité

Tous les éléments nécessaires à l’expression de la valeur universelle exceptionnelle du complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus sont situés au sein des limites du bien dont la superficie est de 0,23 ha, comprenant le noyau central du complexe construit en 1576-1580 et ses ajouts postérieurs, l’équipement des ateliers, les biens meubles, les archives et les œuvres d’art liés à la famille et à l’entreprise Plantin-Moretus. Les limites du bien sont, en conséquence, à même de garantir la représentation des caractéristiques et processus qui transmettent la  signification du bien. Il y a une zone tampon d’une superficie de 184,10 ha.

Dans l’ensemble, le bien a conservé son intégrité en ce qui concerne ses caractéristiques et ses composantes. La maison d’origine et ses ajouts architecturaux historiques sont bien conservés. Au siècle dernier, deux importantes interventions ont eu lieu : en 1937, une nouvelle aile a été ajoutée afin d’accueillir une collection d’art graphique et en 1947, le complexe a été restauré après qu’un missile a endommagé le noyau central du complexe datant de 1576-1580 et l’aile est. Le bien  ne pâtie pas des effets négatifs liés au développement et/ou à des négligences.

Authenticité

Le complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus est authentique en termes de situation et de cadre, de forme et de conception, et de matériaux et de substance. Chacune des phases du complexe – le noyau central et ses ajouts postérieurs – est un témoignage authentique de l’architecture et du style de vie de son époque. Cette authenticité est exprimée par la présence continue en un même lieu (demeure et ateliers), d’une même activité (imprimerie/édition), exercée par la même famille (la famille Moretus, descendants du gendre de Christophe Plantin, le fondateur).

Au plan formel, les restaurations nécessitées par l’entretien permanent des bâtiments et celles imposées par les dommages de guerre (en 1945), n’ont pas affecté l’authenticité de l’ensemble. Il en est de même pour ce qui est des aménagements muséographiques, particulièrement en harmonie avec l’évolution historique du monument.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus, dont la Ville d’Anvers est propriétaire, a été inscrit « Monument national » le 25 mars 1938 (façade et cour intérieure), la protection a été étendue à tout le complexe, y compris les éléments contenus à l’intérieur, le 10 juillet 1997. Suite à cette inscription, toute intervention sur le complexe Maison-Ateliers-Musée Plantin-Moretus doit être approuvée par l’Administration régionale des monuments et sites. Il en est de même pour un certain nombre de bâtiments inscrits, situés aux environs immédiats du complexe. La gestion du bien est placée sous la responsabilité du Conservateur en chef du musée nommé par la Ville d’Anvers. Au vu de l’importance et du contenu de sa collection, sa politique de gestion est supervisée par la Division des beaux-arts et des musées du Gouvernement de Flandre. En tant que monument inscrit, la gestion du musée est placée sous la responsabilité de l’Agence du patrimoine de Flandre. Le bien dispose d’un plan de gestion. La conservation dans la durée de la valeur universelle exceptionnelle du bien nécessitera, si besoin est, un entretien et une amélioration de la conservation et de la gestion du bien et de ses collections (archives, livres et intérieurs historiques). Les attributs qui expriment la valeur universelle exceptionnelle du bien sont protégés lorsque des interventions, telles que l’amélioration de l’accès ou du confort des visiteurs, sont menées.

© UNESCO http://whc.unesco.org/fr/list/1185 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Le musée Plantin-Moretus (Plantin-Moretusmuseum) est un musée belge consacré à l’imprimerie fondée et dirigée au XVIe siècle par Christophe Plantin dont l’entreprise fut continuée par ses descendants directs, dont son gendre Jan Moretus. Le musée est situé au Vrijdagmarkt (marché du Vendredi) à Anvers.

En 1876, Edouard Moretus-Plantin (1804-1880) vendit l’imprimerie et tout son matériel à la ville d’Anvers. Un an plus tard, en 1877, il était possible de visiter l’imprimerie et la maison d’habitation attenante. En 2002, le musée a été proposé à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui fut actée en 2005. Il est le premier musée à avoir été enregistré sur cette liste.

Outre sa valeur architecturale, le musée contient une importante collection d’objets témoignant des techniques et du travail dans l’imprimerie et maison d’édition la plus prolifique d’Europe à la fin du XVIe siècle. Le bâtiment conserve deux des plus anciennes presses d’imprimerie du monde, une salle de presses du XVIIe siècle ainsi que 90 jeux de caractères complets en plomb (dont le seul jeu complet des poinçons originaux de Garamont), des archives éditoriales couvrant trois siècles d’activité, mais également une très riche bibliothèque (25 000 titres) dont deux bibles de Gutenberg, le seul exemplaire conservé de l’Index librorum prohibitorum de l’époque, des mappemondes et des cartes anciennes, ainsi que plusieurs tableaux de Pierre-Paul Rubens qui était un ami de la famille Plantin. L’humaniste Juste Lipse avait son bureau à l’intérieur du complexe.

Mis à jour le 20 avril 2022 par Dico Voyage