Robben Island

Destination Robben Island

Robben Island a été utilisée à différentes époques entre le XVIIe et le XXe siècle comme prison, hôpital pour les malades socialement indésirables et base militaire. Ses bâtiments, et en particulier ceux du XXe siècle, la prison à haute sécurité pour les prisonniers politiques, témoignent de l’oppression et du racisme qui régnaient avant le triomphe de la démocratie et de la liberté.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Robben Island a été utilisée à différentes époques entre le XVIIe et le XXe siècle comme prison, hôpital pour les catégories socialement indésirables et base militaire. Ses bâtiments, et en particulier ceux de la fin du XXe siècle, la prison à haute sécurité pour les prisonniers politiques, témoignent de l’oppression et du racisme qui ont régné avant le triomphe de la démocratie et de la liberté.

Ce qui subsiste des épisodes de son histoire, ce sont les carrières du XVIIe siècle, la tombe de Hadije Kramat qui mourut en 1755, les bâtiments administratifs du ‘village’ du XIXe siècle, comprenant une chapelle et un presbytère, un petit phare, l’église des lépreux, seul vestige d’une colonie de lépreux, les structures militaires de la Seconde Guerre mondiale, aujourd’hui à l’abandon autour du port, et les bâtiments solides et fonctionnels de la prison de haute sécurité dont la construction a commencé sous le régime de l’Apartheid dans les années 1960.

La valeur symbolique de Robben Island réside dans sasombre histoire de pénitencier et d’hôpital pour lesmalheureux privés de liberté parce que socialementindésirables. Cela a pris fin dans les années 1990, au moment où lerégime inhumain de l’Apartheid a été rejeté par lepeuple sud-africain. Les prisonniers politiques quiavaient été incarcérés sur l’île ont été libérés aprèsde nombreuses années d’emprisonnement.

Critère (iii) : Les bâtiments de Robben Island témoignent de manière éloquente des heures sombres de son histoire.

Critère (vi) : Robben Island et sa prison symbolisent le triomphe de l’esprit humain, de la liberté et de la démocratie sur l’oppression.

Intégrité

Les vestiges qui constituent ce paysage insulaire illustrent l’histoire de l’île depuis le XVIIe siècle et tous les attributs qui en font la valeur.

Il n’y a guère eu d’entretien des routes depuis que le Département des services d’application des peines a abandonné l’île et beaucoup de structures nécessitent des réparations et des travaux de maintenance. Diverses menaces pèsent également sur le milieu marin et les ressources naturelles à terre, induites par l’homme du fait de l’absence de contrôles, moyens et orientations clairement définis. Avec plus de 700 édifices et sites listés sur la base de données de l’île, ceux qui ne sont pas occupés ni utilisés, sont vulnérables au délabrement.

L’augmentation du nombre de visiteurs met aussi la pression sur les ressources naturelles et les bâtiments de l’île. Les travaux ont porté en priorité sur les immobilisations et les projets d’infrastructure dont le financement a été plus facile à obtenir comparé aux budgets destinés aux activités de conservation préventive. Ce déséquilibre des activités menace l’intégrité des éléments qui subsistent.

Authenticité

Du fait même que l’île a suivi une trajectoire historique quicomporte plusieurs changements d’orientation qui n’ontpas entraîné d’efforts conscients de conservation,l’authenticité de l’île est entière.

L’attestation des différents épisodes reflète son histoire depuis le début du XVIIe siècle et les événements qui y sont associés.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Dans le cadre de la loi sud-africaine sur les monuments nationaux, la zone a été déclarée Monument national en 1996. Robben Island et sa zone tampon d’un mile nautique bénéficie d’une protection juridique au titre de site du patrimoine national en vertu de la loi nationale sur les ressources du patrimoine (loi N° 25 de 1999) ; la loi sur la Convention du patrimoine mondial (loi N° 49 de 1999); la loi sur les institutions culturelles (loi N° 119 de 1998), la loi nationale sur la gestion de l’environnement (loi N° 107 de 1998) ; la loi nationale sur la gestion de l’environnement :  Biodiversité (loi N° 10 de 2004) et la loi nationale sur la gestion de l’environnement : Aires protégées (loi N° 57 de 2003). La protection à cet égard implique l’interdiction formelle de toute prospection ou exploitation minière dans le périmètre du bien ou sa zone tampon. D’autre part, tout projet de développement inapproprié ayant un impact potentiel sur le bien ne sera pas autorisé par le Ministre des Affaires environnementales et du Tourisme.

L’autorité de gestion du bien relève du Conseil du Musée de Robben Island, la charge de l’entretien journalier et des questions de conservation incombant au Directeur général.

Des progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre du plan de gestion intégré de conservation, notamment en ce qui concerne les travaux de conservation physique et de conservation préventive, les améliorations au niveau de l’interprétation et de la gestion des visiteurs, et une meilleure coopération avec le Département des Travaux publics. Il faut améliorer les aspects institutionnels/managériaux du bien afin d’atténuer la vulnérabilité du patrimoine bâti. Il est particulièrement nécessaire de mettre en œuvre les recommandations du rapport d’étape de juin 2003, entrepris par le Département des Travaux publics pour aider à orienter la planification des opérations de maintenance, établir le budget et mettre en place un système de suivi des progrès. Il contient un inventaire général des infrastructures et équipements, ainsi qu’un bilan de leur état et des réparations recommandées.

© UNESCOhttps://whc.unesco.org/fr/list/916″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 26 février 2022 par Dico Voyage