Ligne de défense d’Amsterdam

Découvrir la Ligne de défense d’Amsterdam

Parcourant 135 km autour d’Amsterdam, la ligne défensive construite entre 1883 et 1920 est le seul exemple d’une fortification continue reposant sur le principe de la maîtrise de l’eau. Depuis le XVIe siècle, les Néerlandais ont mis leur exceptionnel savoir-faire en génie hydraulique au service de leur défense. La protection du centre du pays était assurée par un réseau de 45 forts et leur artillerie agissant de concert avec des inondations temporaires déclenchées à partir des polders et d’un système complexe de canaux et d’écluses.

Valeur universelle exceptionnelle de la Ligne de défense d’Amsterdam

Brève synthèse

Le Stelling van Amsterdam (Ligne de défense d’Amsterdam) est une ceinture complète de fortifications s’étirant sur plus de 135 km autour de la ville d’Amsterdam. Construite entre 1883 et 1920, la ligne de défense se compose d’un ingénieux réseau de 45 forts, agissant de concert avec un système complexe de digues, écluses, canaux et polders d’inondation. Elle est un exemple majeur de fortifications reposant sur le principe de l’inondation temporaire des terres.

Depuis le XVIe siècle, les Hollandais utilisent leur connaissance particulière du génie hydraulique à des fins défensives. La région qui entoure les fortifications est divisée en polders, chacun étant de hauteur différente et entouré de digues. Chaque polder dispose de ses propres installations d’inondation. La profondeur de l’inondation est un point crucial pour la réussite du Stelling ; elle doit être suffisante pour empêcher d’avancer à pied sans pour autant permettre à des bateaux de passer. Les hauteurs d’eau sont garanties au moyen d’écluses d’entrée et d’écluses-barrages. Les forts ont été construits en des points stratégiques où des routes et voies ferrées traversent la ligne de défense (accès). Par prudence, leur espacement ne dépasse jamais 3 500 m, distance déterminée par la portée de leur artillerie. Les plus anciens ont été construits en brique, les plus récents en béton de masse.

Dans le monde entier, ces forts occupent une place importante dans les activités de génie militaire. Ils marquent le passage des forts casematés massifs, en brique et pierre de type Montalembert, aux structures d’acier et de béton dont l’apogée de la sophistication sera atteint avec la ligne Maginot et les fortifications du mur de l’Atlantique. L’association des positions fixes et du déploiement d’artillerie mobile entre les forts a également constitué une innovation lors de son application.

À lire aussi  Ancienne ville d'Alep

Critère (ii) : le Stelling van Amsterdam est un exemple exceptionnel d’un vaste système de défense européen intégré de l’époque moderne, resté intact et bien conservé depuis sa création à la fin du XIXe siècle. Il appartient à un ensemble de dispositifs de défense antérieurs à sa construction et qui ont ensuite influencé certaines de ses sections juste avant et après la Deuxième Guerre mondiale.

Critère (iv) : les forts du Stelling sont des exemples remarquables d’un vaste système de défense intégré de l’époque moderne, resté intact et bien conservé depuis sa création à la fin du XIXe siècle. Ils illustrent le passage de la construction en brique du XIXe siècle à l’usage du béton armé du XXe siècle. Cette transition, avec les expériences d’utilisation de béton mettant l’accent sur l’emploi de béton non armé, témoigne d’un épisode de l’histoire architecturale européenne dont les vestiges sont rares.

Critère (v) : le Stelling se distingue également par la façon dont le génie néerlandais de l’ingénierie hydraulique a été mis à contribution dans les défenses de la capitale nationale.

Intégrité

Le Stelling van Amsterdam et chacun de ses attributs constituent un système de défense intégré complet. Les ouvrages de défense n’ont pas été utilisés à des fins militaires depuis les quarante dernières années. Comme la zone environnante a été une zone militaire exclusive pendant des décennies, son cadre a été préservé grâce à un contrôle des aménagements ; il pourrait toutefois être sensible à l’avenir aux pressions du développement.

La ceinture de forts constitue un ensemble d’édifices et autres structures reliés dont l’homogénéité et la situation au sein du paysage sont demeurées inchangées et reconnaissables dans toutes ses composantes. Avec les digues, remparts linéaires, dispositifs hydrauliques, forts, batteries et autres bâtiments militaires, ils forment la principale ligne de défense, de même que la structure du paysage.

Authenticité

Les fortifications ont été préservées telles qu’elles ont été conçues et spécifiées. Les matériaux et techniques de construction utilisés sont également restés inchangés. Des réparations après coup ont eu lieu dans certains cas. Aucune partie du Stelling n’a été reconstruite. La valeur universelle exceptionnelle s’exprime dans l’authenticité de la conception (les types de forts, écluses, batteries, remparts linéaires), de l’usage spécifique des matériaux de construction (brique, béton non armé, béton armé), de la maîtrise (construction méticuleuse visible dans son état et sa perfection de construction), et de la structure dans son cadre (en tant que système fonctionnel militaire interconnecté au sein du paysage artificiel des polders et du paysage urbanisé).

À lire aussi  Réseau des lacs du Kenya dans la vallée du Grand Rift

Le Stelling van Amsterdam est un paysage artificiel cohérent, où les éléments naturels tels que l’eau et le sol ont été intégrés par l’humain dans un système bâti d’ouvrages d’ingénierie, créant un paysage clairement défini.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La Province de Noord-Holland est l’entité détentrice du site. La responsabilité en matière de conservation est également entre les mains du gouvernement national, de la province d’Utrecht, de 23 municipalités et de trois administrations des eaux. De plus, divers organismes de gestion et propriétaires de portions du Stelling van Amsterdam (par exemple, organisations de conservation de la nature et parties privées) jouent un rôle. La partie septentrionale du Stelling van Amsterdam et le Polder de Beemster, autre bien du patrimoine mondial, ont un territoire commun. Le Stelling van Amsterdam n’a pas de zone tampon.

Très complète, la protection des éléments se situe à plusieurs niveaux. Le Stelling est protégé par l’arrêté provincial qui régit les monuments et bâtiments historiques [Provinciale Monumenten-verordening] (plus de 125 éléments du Stelling sont des sites de patrimoine provincial) et par la loi néerlandaise de 1988 sur les Monuments et bâtiments historiques [Monumentenwet 1988] (plus de 25 éléments sont des monuments nationaux).

En 2011, le gouvernement néerlandais a adopté la Politique nationale pour les infrastructures et l’aménagement du territoire (SVIR). Cette politique est entrée en vigueur en 2012 et assure la maintenance des biens de patrimoine mondial dans le cadre de l’aménagement du territoire aux Pays-Bas. En adéquation avec cette politique nationale, un régime de conservation spécifique reposant sur la loi sur l’aménagement du territoire néerlandais (Wro) a été adopté pour la Ligne de défense d’Amsterdam dans le décret instituant les règles générales d’aménagement du territoire (Barro). Ce régime implique des règles juridiquement contraignantes qui demandent aux provinces de s’assurer du maintien des attributs des biens de patrimoine mondial dans les plans locaux d’urbanisme.

À lire aussi  Malampa

En 2005, la Province de Noord-Holland a créé un bureau pour le Stelling van Amsterdam afin de gérer le bien (conservation et développement). Ce bureau est en charge de l’exécution du plan de mise en œuvre du Stelling van Amsterdam [Uitvoeringsprogramma] 2009-2013, adopté par le conseil provincial de Noord-Holland en 2009. Le cadre de planification pour le Stelling a été défini dans le cadre stratégique d’aménagement du territoire [Ruimtelijk Beleidskader] (2008) ; le plan de qualité visuelle [Beeldkwaliteitsplan] règlemente cet aspect pour le Stelling van Amsterdam (2009).

Le Stelling van Amsterdam est soumis au programme structurel stratégique provincial 2040 [Structuurvisie 2040] depuis 2010. L’arrêté provincial compétent dresse la liste des attributs clés et de la valeur universelle exceptionnelle du Stelling van Amsterdam et établit des règles pour traiter des aspects territoriaux du Stelling van Amsterdam en tant que bien du patrimoine mondial et paysage national. Les autorités municipales compétentes intègrent ces règles stratégiques dans leurs plans de zonage. La section du Stelling van Amsterdam située dans la Province d’Utrecht est couverte par le Plan régional pour Utrecht 2005-2015 [Streekplan Utrecht], remplacé par le programme structurel stratégique pour Utrecht [Structuurvisie Utrecht] en 2013.

Le bureau du Stelling van Amsterdam entend développer trois centres d’accueil des visiteurs : un au sud-est du Stelling (Fort Pampus, ouvert en 2011), un à l’ouest (Fort Benoorden Spaarndam) et un au nord-ouest (Fort bij Krommeniedijk). Comme le Stelling van Amsterdam est situé dans une zone territorialement et économiquement dynamique, des outils de planification et mécanismes de gestion seront cruciaux pour garantir que les aménagements n’auront pas un effet préjudiciable sur la valeur universelle exceptionnelle du bien et la nature ouverte originale de son cadre paysager.

© UNESCOhttps://whc.unesco.org/fr/list/759″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 10 octobre 2019 par Dico Voyage