Fjords de l’Ouest de la Norvège – Geirangerfjord et Nærøyfjord

Destination les Fjords de l’Ouest de la Norvège – Geirangerfjord et Nærøyfjord

Situés au sud-ouest de la Norvège, au nord-est de Bergen, Geirangerfjord et Nærøyfjord, à 120 km l’un de l’autre, font partie des fjords de l’ouest de la Norvège qui s’étendent de Stavanger au sud jusqu’à Andalsnes, 500 km au nord-est. Les deux fjords, qui sont parmi les plus longs et des plus profonds du monde, sont considérés comme caractéristiques de la géographie des fjords et comme l’un des paysages les plus spectaculaires de la planète. Leur exceptionnelle beauté naturelle provient des parois cristallines, étroites et abruptes, qui s’élèvent jusqu’à 1 400 m au-dessus de la mer et plongent 500 m en dessous. Les parois à pic des fjords abritent de nombreuses cascades tandis que des rivières sauvages coulent à travers des forêts caduques et de conifères vers des lacs glaciaires, des glaciers et les montagnes escarpées. Le paysage contient une variété de phénomènes naturels, tant terrestres que marins, découlant de cet environnement, comme des moraines sous-marines et des mammifères marins. Des vestiges de vieilles fermes de transhumance désormais abandonnées ajoutent un aspect culturel au caractère spectaculaire du lieu et donne une ultime touche humaine au site.

Valeur universelle exceptionnelle des Fjords de l’Ouest de la Norvège

Brève synthèse

Les paysages absolument spectaculaires de Geirangerfjord et Nærøyfjord sont exceptionnels de par leur échelle et leur grandeur dans un pays de fjords impressionnants. Situés au sud-ouest de la Norvège, ces fjords figurent parmi les plus longs et les plus profonds du monde, et vont de 250 m à 2,5 km de large. Le mot fjord, d’origine norvégienne, désigne une longue et profonde indentation de la mer entre de hautes falaises formée par la submersion d’une vallée glaciaire. Ces deux fjords de l’ouest de la Norvège passent pour des exemples classiques et complémentaires de ce phénomène, une sorte de localité type pour ces fjords qui présentent encore des processus géologiques actifs.

De nombreuses cascades et rivières sauvages, des forêts et des zones boisées composées de feuillus et de conifères, des lacs glaciaires, des glaciers, des montagnes escarpées et divers autres attributs naturels se combinent pour faire de Geirangerfjord et Nærøyfjord l’un des paysages esthétiquement les plus exceptionnels de la planète. Le bien sériel de 122 712 ha, dont 10 746 ha marins, est constitué de ces deux fjords qui se trouvent à 120 km l’un de l’autre. Ils forment une partie du paysage occidental des fjords norvégiens qui s’étend sur 500 km, de Stavanger au sud jusqu’à Åndalsnes au nord-est. On trouve plusieurs vallées et villages habités le long des fjords comme dans le périmètre du site, et l’importance du paysage est renforcée (mais non dominée) par les traces de son passé anthropique historique, ce qui ajoute de l’intérêt et de la valeur au bien.

Critère (vii): Geirangerfjord et Nærøyfjord figurent parmi les régions de fjords esthétiquement les plus exceptionnelles de la planète. Leur beauté naturelle remarquable provient de leurs murailles de roches cristallines étroites et abruptes qui s’élèvent jusqu’à 1 400 m au-dessus du niveau de la mer de Norvège et s’enfoncent à 500 m sous le niveau de la mer. Les parois à pic des fjords abritent de nombreuses cascades, tandis que des rivières sauvages coulent à travers des forêts d’essences décidues et de conifères vers des lacs glaciaires, des glaciers et des montagnes escarpées. Toutes sortes de phénomènes naturels, tant terrestres que marins, viennent s’y ajouter, comme des moraines sous-marines et des mammifères marins. Les vestiges d’anciennes exploitations pratiquant la transhumance aujourd’hui essentiellement abandonnées ajoutent une dimension culturelle à ce paysage naturel remarquable et un intérêt humain à la région.

Critère (viii): Les Fjords de l’ouest de la Norvège sont des fjords classiques, superbement développés, considérés comme la localité type des paysages de fjords dans le monde. Ils sont comparables dans leur échelle et leur qualité aux autres fjords inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et se distinguent par le climat et le contexte géologique. Le bien présente la gamme complète des secteurs internes de deux des fjords les plus longs et les plus profonds de la planète, et offre des exemples bien développés de glaciation active récente durant la période glaciaire du Pléistocène. Les surfaces polies par la glace et les vagues des parois abruptes des fjords laissent des secteurs en trois dimensions continus et superbement exposés à travers la roche mère. L’histoire du relèvement isostatique postglaciaire de la croûte et son expression géomorphologique dans le paysage de fjords sont remarquables et représentent des domaines clés pour l’étude scientifique de l’instabilité des pentes et les risques géologiques qui en résultent.

Intégrité

Les deux zones de fjords possèdent toutes les caractéristiques qui distinguent en général un paysage de fjords et son évolution géologique : de profonds bassins de roches à de grandes profondeurs sous-marines, des seuils rocheux en surplomb, des falaises vertigineuses, des niches de décollement et des dépôts d’avalanche, des moraines, des dépôts de till, des vallées suspendues, des vallées en méandres ou en U (formées par capture du cours d’eau), des glaciers, des rivières, des cascades entourées de montagnes et de bassins versants. Chaque fjord a une morphologie et une géologie différentes et présente toutes sortes de caractéristiques géomorphologiques. Ensemble, Nærøyfjord et Geirangerfjord offrent dans leur relation naturelle presque toutes les singularités que l’on peut s’attendre à découvrir dans un paysage de fjords et son évolution géologique. Les limites du bien en série sont correctement définies pour protéger les zones et les aspects géologiques nécessaires au maintien des qualités esthétiques du site. La législation, le personnel, le budget et les structures institutionnelles mis en place sont suffisants pour en assurer l’intégrité.

Parmi les 200 fjords qui longent la côte occidentale de la Norvège, Nærøyfjord et Geirangerfjord sont les moins touchés par l’activité humaine, comme la construction de barrages hydroélectriques et d’infrastructures. Une carrière de péridotite est exploitée à l’extérieur, mais à proximité du Geirangerfjord, autre composante du bien, il est prévu d’installer une autre carrière. Ces impacts sont localisés et les travaux de restauration seront entrepris dès que l’extraction de minerai aura cessé. L’extraction souterraine d’anorthosite se poursuit dans la zone du Nærøyfjord et pourrait s’étendre à l’avenir. Bien qu’elle ne touche pas directement le fjord, la carrière a un impact visuel depuis la route qui traverse la vallée de Nærøydalen.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La majeure partie du bien est protégée en tant que « Paysage protégé » de catégorie V de l’UICN avec, à l’intérieur, plusieurs petites aires de catégorie I « Réserve naturelle intégrale ». Les règles législatives qu’énonce la Loi norvégienne sur la diversité de la nature assurent la protection à long terme de l’ensemble des valeurs naturelles. Alors que les terres privées représentent 85 % du bien, les zones habitées sont soigneusement réglementées en application de la Loi sur l’aménagement du territoire et la construction, et de mécanismes tels que les plans de développement au niveau local, municipal ou du comté.

Un mode de gestion efficace comprend des comités consultatifs et un conseil de gestion qui se réunit régulièrement pour faciliter la coopération et la coordination nécessaires en termes de gestion. Une « Déclaration d’intention » signée par toutes les agences nationales compétentes, ainsi que les conseils municipaux, les conseils et les gouverneurs de comté concernés, souligne les mesures de coopération et « garantit que les valeurs perdureront dans la région ».

Un plan de gestion complet traite des objectifs de gestion et propose des lignes directrices pour que les activités préservent la valeur universelle exceptionnelle dans une perspective à long terme. Le mode de suivi mis en place a besoin d’être approfondi.

Les pressions du tourisme sont intenses dans les deux fjords, mais les impacts sont limités car la plupart des visiteurs accèdent au site sur des bateaux de croisière durant une saison touristique de courte durée. Des plans de gestion touristique adéquats sont un instrument important pour la conservation à long terme de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

L’exploitation de mines et de carrières souterraines pose problème et toute expansion de ces activités ne sera pas autorisée sans une évaluation d’impact environnemental. Cela garantirait qu’aucun impact potentiel, y compris l’exportation de produit minier et la nécessité d’une infrastructure connexe, n’affecte la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Les risques géologiques sont inquiétants pour les zones habitées et l’infrastructure du site. Pour pouvoir appliquer de nouvelles mesures qui protègent la vie des habitants, des évaluations approfondies de l’impact environnemental devront être réalisées afin d’obtenir des solutions et des mesures qui soient compatibles avec la valeur universelle exceptionnelle du bien. Des plans de prévention des risques intégrés dans le plan de gestion global sont indispensables pour ce bien.

© UNESCOhttp://whc.unesco.org/fr/list/1195″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 14 mars 2022 par Dico Voyage