Centre historique de Vienne

Découvrir le Centre historique de Vienne

Vienne s’est développée à partir des premiers établissements celtes et romains, en passant par la ville médiévale puis baroque, jusqu’à devenir la capitale de l’Empire austro-hongrois. Elle a joué un rôle fondamental en tant que haut lieu de la musique européenne et demeure associée aux grands compositeurs, du classicisme viennois à la musique moderne. Le centre historique de Vienne abrite une grande variété d’éléments architecturaux, notamment des palais baroques et des jardins ainsi que l’ensemble de la Ringstrasse datant de la fin du XIXe siècle.

Valeur universelle exceptionnelle du centre historique de Vienne

Brève synthèse

Située sur le Danube, dans la partie orientale de l’Autriche, Vienne s’est développée à partir des premiers établissements celtes et romains, pour devenir une ville médiévale et baroque et, finalement la capitale de l’Empire austro-hongrois. Elle a joué un rôle essentiel en tant que haut lieu de la musique européenne, accueillant des personnalités éminentes du développement de la musique entre le XVIe et le XXe siècle, en particulier le classicisme viennois et le romantisme, renforçant ainsi la réputation de la ville de « capitale musicale » de l’Europe. Vienne est également riche d’ensembles architecturaux, en particulier de belles demeures baroques et des jardins ainsi que le Ringstrasse, un ensemble architectural de la fin du XIXe siècle composé de grands bâtiments, monuments et parcs. Le bien est constitué du cœur médiéval de la ville (édifié sur l’établissement romain), des principaux ensembles baroques et leurs dispositions axiales, et des constructions du Gründerzeit  qui remontent au début de la période moderne.

Au début du XIIe siècle, l’établissement s’étendit au delà des défenses romaines qui furent démolies. Aux XVIe et XVIIe siècles, pendant les conflits ottomans, les murailles médiévales de la ville, qui entouraient une zone beaucoup plus grande, furent reconstruites et flanquées de bastions. Ce secteur demeura le cœur de la ville de Vienne jusqu’à la démolition des murailles médiévales dans la seconde moitié du XIXe siècle. La ville intérieure abrite un certain nombre de bâtiments de l’époque médiévale notamment le Schottenkloster, le plus ancien monastère d’Autriche, et les églises Maria am Gestade (un des principales structures gothiques), Michaelkirche, Minoritenkirche et Minoritenkloster, édifiées au XIIIe siècle, et la cathédrale Saint Étienne qui date des XIVe et XVe siècles. À la même époque, des ensembles architecturaux civils furent également construits, tels que les parties initiales du palais de la Hofburg. Alors que les complexes monastiques étaient généralement en pierre, s’intégrant ainsi dans l’ensemble défensif de la ville médiévale, les quartiers résidentiels, construits en bois, furent la proie de fréquents incendies.

En 1683, Vienne devint la capitale de l’Empire des Habsbourg et prit un essor rapide, devenant ainsi une impressionnante ville baroque. Le caractère baroque trouva tout particulièrement son expression dans le dessin des grands palais tels que le palais du Belvédère et ses jardins. Un grand nombre de nouveaux palais furent édifiés par des familles nobles, de nombreux bâtiments, églises et couvents furent modifiés afin d’y ajouter des caractéristiques propres au style baroque, et de nombreux bâtiments d’administrations représentatives firent l’objet d’extension. Plusieursbâtiments historiques viennois sont désormais associés à la présence d’importantes personnalités telles que Mozart, Beethoven et Schubert, lorsque la ville jouait un rôle essentiel de haut lieu de la musique en Europe.

À lire aussi  Réserves de biosphère en Polynésie française

Une nouvelle phase de l’histoire de Vienne s’écrivit lorsque ses 34 banlieues furent incorporées dans la ville et l’empereur ordonna la démolition des fortifications qui encerclaient la ville intérieure. Ce fut alors l’occasion de créer un des ensembles de planification urbaine les plus importants du XIXe siècle qui influença grandement le reste de l’Europe en cette époque cruciale de son développement économique et social. En 1874, l’ensemble architectural de la Hofburg fit l’objet d’une extension, avec l’ajout de la Neue Hofburg, un « Forum impérial » auquel s’ajoutèrent plusieurs musées afin de constituer un unique ensemble. Le Burgtheater, le parlement, l’hôtel de ville et l’université constituèrent un autre ensemble relié au précédent. On y ajouta l’opéra ainsi qu’un grand nombre de bâtiments, tant publics que privés, le long de la Ringstrasse, édifiée sur les fortifications démolies de la ville. La fin du XIXe siècle et les premiers temps du XXe témoignent de nouvelles contributions créatives des stylistes, artistes et architectes viennois au cours du Jugendstil (Art nouveau), de la Sécession et des prémices du mouvement de l’architecture moderne.

Critère (ii) : Les qualités urbaines et architecturales du Centre historique de Vienne sont autant de témoignages exceptionnels d’un échange permanent de valeurs tout au long du deuxième millénaire.

Critère (iv) : Trois périodes clés du développement culturel et politique de l’Europe – le Moyen Âge, la période baroque et le Gründerzeit – sont exceptionnellement bien illustrées par le patrimoine urbain et architectural du Centre historique de Vienne.

Critère (vi) : Depuis le XVIe siècle, Vienne est universellement reconnue comme la capitale musicale de l’Europe.

Intégrité

Au sein des 371 ha du Centre historique de Vienne, sont situés tous les attributs qui confèrent au bien sa valeur universelle exceptionnelle, notamment ses qualités en matière d’architecture et de plan urbain, et qui illustrent ses trois principales phases de développement – médiévale, baroque et le Gründerzeit – symboles de l’Autriche et de l’histoire de l’Europe centrale. Le Centre historique de Vienne a également conservé son profil urbain caractéristique. La zone tampon de 462 hectares protège l’environnement immédiat du bien inscrit.

Authenticité

S’agissant de son emplacement, de ses formes et de sa conception, et de ses matériaux et de sa substance, le bien est en très grande partie authentique. Cette authenticité réside essentiellement dans le chevauchement et l’entrelacement sur plusieurs niveaux de bâtiments, structures et espaces urbains. Le bien a conservé, à un niveau remarquable, les éléments architecturaux qui témoignent d’un échange continu de valeurs et constituent des exemples authentiques des trois périodes clés du développement culturel et politique de l’Europe précédemment évoquées. Hormis les éléments architecturaux, le Centre historique du Vienne a conservé son rôle de capitale musicale de l’Europe.

Le tissu urbain historique du Centre historique de Vienne subit l’influence de l’échange que connaît la ville aujourd’hui et qui est à l’origine de la croissance et des évolutions du paysage urbain observées au cours des années, comme en témoigne son profil changeant au-delà des limites de la zone tampon. Le développement permanent de Vienne, tout particulièrement s’agissant des nouvelles constructions de grande hauteur, nécessite le recours à une approche sensible qui prenne en considération les attributs qui confèrent au bien sa valeur universelle exceptionnelle, notamment ses qualités visuelles.

À lire aussi  Zone de gestion des Pitons

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Environ 75% du bien relève du domaine privé, 18% du domaine public, les 7% restants appartiennent à l’Église catholique romaine. Différents instruments juridiques, tant au niveau fédéral que provincial/municipal, protègent le Centre historique de Vienne et sa zone tampon. Parmi ceux-ci, on citera la Loi fédérale de protection des monuments (publiée au Journal officiel des lois fédérales sous le N° 533/1923 et dont l’amendement le plus récent est en vigueur depuis le 1er janvier 2000) et le Code municipal de la construction avec ses amendements sur la conservation de la vieille ville (publié au Journal officiel des lois de Vienne sous le N° 16/1972). Certains secteurs de la ville de Vienne relèvent (depuis 1998) des réglementations prévues par la Loi sur la conservation de la nature à Vienne. D’autres instruments juridiques, tels que la Loi sur les garages et la Loi sur la préservation des arbres s’appliquent également.

Hormis ces réglementations, la Province de Vienne a adopté des instruments de planification, à savoir un Plan d’occupation des sols et des Plans de développement urbain. Le Plan d’occupation des sols, qui à l’échelle 1/2000 est une version plus précise du Plan de développement urbain, divise la zone métropolitaine en zones vertes, zones de développement et zones d’infrastructures.  Le Plan de développement urbain définit les dimensions des zones de protection telles qu’établies par la Loi sur la conservation de la vieille ville de Vienne. Le Plan de gestion, qui a été élaboré en 2002, concerne les deux biens du patrimoine mondial situés à Vienne (le Centre historique de Vienne et le Palais et les jardins de Schönbrunn). Le plan répond aux objectifs de formalisation des procédures de protection juridique des biens culturels, de définition des structures administratives urbaines pour les biens culturels et de définition des mesures nécessaires à la préservation du patrimoine culturel (un patrimoine qui doit satisfaire aux conditions d’ « authenticité », de conception, de matériaux et d’artisanat).

La conservation des attributs qui confèrent au bien sa valeur universelle exceptionnelle, son authenticité et son intégrité au cours du temps nécessitera de faire face aux défis liés aux pressions exercées par le développement, aux impacts visuels et à la modernisation du tissu historique, qui se font jour dans un contexte du développement urbain d’une capitale prospère. De tels défis ont conduit à l’adoption en 2005 du « Mémorandum de Vienne », un document internationalement reconnu sur la gestion des paysages historiques urbains. Depuis lors, les autorités en charge de la planification à Vienne accordent une attention toute particulière à des politiques de conservations novatrices, durables et appropriées. En conséquence, le Plan de développement urbain a été révisé conformément aux modalités du mémorandum. Les efforts doivent se poursuivre afin de s’assurer de la cohérence des nouveaux aménagements avec la valeur universelle exceptionnelle de Centre historique de Vienne, en particulier s’agissant des bâtiments de grande hauteur situés à l’extérieur de la zone tampon.

À lire aussi  Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura

© UNESCO http://whc.unesco.org/fr/list/1033 Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Innere Stadt (« ville intérieure » en allemand) est le nom du premier arrondissement (Gemeindebezirk) de Vienne. Elle équivaut à la vieille ville de Vienne (Altstadt). Jusqu’aux premières annexions dans les années 1850, l’Innere Stadt correspond à Vienne tout entière. L’Innere Stadt est traditionnellement divisée en quatre quartiers portant les noms d’importantes portes de la ville : Stubenviertel (Nord-Est), Kärntner Viertel (Sud-Est), Widmerviertel (Sud-Ouest) et Schottenviertel (Nord-Ouest).

Le premier arrondissement montre une densité élevée de monuments historiques de grande importance. Parmi les édifices religieux, la cathédrale Saint-Étienne de Vienne qui domine la place Saint-Étienne au cœur de la ville, avec sa chapelle de Virgile. En suivant le Graben, on arrive à la colonne de la peste érigée après la grande épidémie de peste qui frappa Vienne en 1697. La Hofburg était la résidence impériale des Habsbourgs jusqu’en 1918.

Parmi d’autres édifices religieux importants, on compte l’église des Cordeliers, l’église Saint-Pierre, l’église Saint-Rupert, le Schottenstift, l’Église grecque de la Sainte-Trinité, ainsi que l’église Maria am Gestade.

Vienne est également réputé pour sa musique, dont témoignent l’opéra d’État et le Burgtheater. Le centre administratif du premier arrondissement est sa mairie, le Rathaus, un bâtiment historique érigé de 1872 à 1883. D’autres sites intéressants sont les places Am Hof, Hoher Markt, Judenplatz, le Puits des tonnerres ainsi que la Schönlaterngasse avec la Maison des basilics, le Palais Blankenstein et le palais Esterházy de la rue Wallnerstraße.

La Ringstrasse fait figure de frontière du premier arrondissement depuis le démantèlement des murs de la ville. La seule synagogue de Vienne qui ait survécu à la Nuit de Cristal est le Stadttempel dans la Seitenstettengasse.

Avec plus de 60 musées, on retrouve une véritable concentration culturelle au premier arrondissement. Le musée qui attire le plus grand nombre de visiteurs après le château de Schönbrunn est l’Albertina avec ses collections graphiques qui contient environ 65 000 dessins et plus d’un million de graphiques qui en font un des musées les plus importants du monde entier dans son domaine. La Hofburg, ancienne résidence impériale, se présente avec les appartements impériaux, le musée « Sissi » ainsi que la collection de services en argent de la monarchie.

Parmi les musées connus de Vienne, on trouve le musée d’Histoire de l’art et le musée d’histoire naturelle avec des collections en provenance des Habsbourgs. À côté du palais de la Sécession, de la Künstlerhaus, du BA-CA Kunstforum, de la galerie de l’Académie des Beaux-Arts, la Bibliothèque nationale autrichienne contient également quelques collections, notamment un musée du papyrus, une collection de cartes géographiques ainsi qu’une collection de globes. D’autres sites importants sont le Musée juif ainsi que quelques musées plus spécialisés comme celui des horloges ou celui des ours en peluche.

Mis à jour le 5 avril 2022 par Dico Voyage