Parc national du Gros-Morne

Destination le Parc national du Gros-Morne

Situé sur la côte ouest de l’île de Terre-Neuve, le parc offre un exemple rare de l’évolution de la dérive des continents où la croûte océanique profonde et les rochers du manteau terrestre sont exposés. L’action glaciaire plus récente a sculpté un paysage spectaculaire composé de basses terres côtières, de plateaux alpins, de fjords, de vallées glaciaires, de falaises abruptes, de chutes et de plusieurs lacs inviolés.

Le Parc national du Gros-Morne, situé sur la péninsule Great Northern dans la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador, est l’une des plus parfaites illustrations du phénomène de tectonique des plaques. Dans un espace relativement restreint, on trouve des exemples typiques et concrets de forces monumentales de construction et de modification de la Terre dont la clarté, l’expression et la facilité d’accès sont uniques. Le bien permet de brosser le tableau complet des événements géologiques qui ont eu lieu lorsque l’ancienne marge continentale de l’Amérique du Nord s’est trouvée modifiée à la suite du mouvement tectonique d’une vaste portion de la croûte océanique et de dépôts sédimentaires au niveau du plancher océanique. Le parc offre aussi une démonstration exceptionnelle des glaciations dans un cadre insulaire. Les fjords, les chutes d’eau et les structures géologiques qui le caractérisent se conjuguent pour produire un paysage d’une beauté saisissante.

Critère (vii) : Le Parc national du Gros-Morne, environnement exceptionnel de nature sauvage composé de fjords d’eau douce spectaculaires à l’intérieur des terres et de promontoires érodés par les glaciers dans un cadre océanique, est un espace d’une très grande beauté naturelle.

Critère (viii) : Les roches du Parc national du Gros-Morne illustrent de manière collective et significative au niveau international le processus de dérive continentale le long de la côte est de l’Amérique du Nord et contribuent largement à enrichir la somme de connaissances et la compréhension de la tectonique des plaques et de l’évolution géologique des anciennes ceintures montagneuses. Dans les plateaux érodés par les glaciers et les fjords spectaculaires, les glaciations ont rendu visibles les nombreuses caractéristiques géologiques du parc.

Intégrité

Les limites clairement définies du Parc national du Gros-Morne englobent une région de 180 500 hectares. Cette superficie est suffisamment grande pour dépeindre intégralement la progression des événements géologiques qui se sont produits lorsqu’un ancien océan et l’ancienne marge continentale de l’Est de l’Amérique du Nord ont été détruits et soulevés pour former une chaîne de montagnes sous l’action de la tectonique des plaques. Collectivement, la séquence rocheuse illustrant l’évolution géologique est représentée par les éléments suivants : une ancienne croûte continentale constituée de granit et de gneiss profondément métamorphosés; un plateau continental formé de sédiments carbonatés tropicaux regorgeant d’une abondante quantité de fossiles; une pente continentale caractérisée par d’épaisses séquences de schistes renfermant des strates de conglomérat à fragments de calcaire, où abondent aussi les fossiles; une section transversale complète de lithosphère océanique exposant de larges pans de matériau mantellique; et d’importantes séquences de roches volcaniques d’origine océanique.

Les caractéristiques géologiques et la topographie issue des glaciations du parc national du Gros-Morne sont à peu près intactes. Cet état est susceptible d’être préservé, car les lois en vigueur protègent le bien du développement, ce bien étant administré de manière à supporter le nombre actuel ou projeté de visiteurs sans effets néfastes. En outre, la collecte de roches et de fossiles est contrôlée et limitée aux seules fins de la recherche. Le processus d’érosion naturelle se poursuit et continue de façonner et d’exposer les séquences géologiques à l’origine de la désignation du patrimoine mondial.

L’intégrité des caractéristiques géologiques sur lesquelles repose l’inscription sur la liste du patrimoine mondial n’est nullement affectée par l’un quelconque des facteurs de stress ciblés dans le plan directeur du parc national. Toutefois, une population d’orignaux introduite il y a plus de cent ans à Terre-Neuve a pris de l’expansion et a contribué à la dégradation de forêts naturelles, ce qui a eu une incidence visuelle et écologique sur le parc. Des mesures ont été adoptées pour atténuer ce problème.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La Loi sur les parcs nationaux du Canada fournit une protection efficace au bien. Dans le cadre du processus officiel de planification de gestion, prescrit par la Loi, les ressources patrimoniales du bien sont surveillées de manière structurée afin que les menaces et les facteurs de stress soient rapidement repérés. Selon les pratiques adoptées, des stratégies visant à atténuer la vulnérabilité de certains éléments sont élaborées en collaboration avec les résidants de la région ainsi que les groupes autochtones et d’autres intervenants et groupes d’utilisateurs, au besoin. Le plan directeur du parc est mis à jour tous les dix ans.

Le Parc national du Gros-Morne compte deux emprises – un corridor de transport routier et un corridor de transport d’hydroélectricité. Toutes les décisions de Parcs Canada à l’égard de ces corridors sont prises dans le contexte de la protection de l’intégrité écologique du parc et de sa valeur universelle exceptionnelle.

Les pressions exercées par le développement à l’extérieur des limites du parc comprennent l’exploration pétrolière et gazière en mer et le développement potentiel sur les terres appartenant à la Province. La direction du parc national surveille la progression de ces facteurs ainsi que tout autre développement possible à l’extérieur du parc, et participe à tous les processus de consultation réglementaires officiels concernant ces facteurs de développement dans le but de protéger la valeur universelle exceptionnelle du site et son intégrité écologique.

© UNESCOhttps://whc.unesco.org/fr/list/419″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 28 février 2022 par Dico Voyage