Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro

Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro

Les cinq missions franciscaines de la Sierra Gorda ont été édifiées pendant la dernière phase d’évangélisation de l’intérieur des terres du Mexique (milieu du XVIIIe  siècle), et sont devenues une référence pour la poursuite de l’évangélisation de la Californie, de l’Arizona et du Texas. La façade richement ornée des églises est d’un intérêt tout particulier car elle représente un exemple des efforts créatifs conjoints des missionnaires et des Indios . Les peuplements ruraux qui se sont développés à proximité des missions ont conservé leur caractère vernaculaire.

Valeur universelle exceptionnelle de la Sierra Gorda de Querétaro

Brève synthèse

Les missions franciscaines de la Sierra Gorda of Querétaro comprennent cinq missions édifiées au XVIIIe siècle, pendant la dernière phase d’évangélisation de l’intérieur des terres du Mexique ; elles sont situées dans la région montagneuse de la Sierra Gorda, au centre du Mexique. Sur ces cinq missions, Santiago de Jalpan (la première, construite en 1751-1758) et Nuestra Señora de la Luz de Tancoyol sont établies dans la municipalité de Jalpan de Sierra ; Santa Maria del Agua de Landa et San Francisco del Valle de Tilaco se trouvent dans la municipalité de Landa de Matamoros et la mission de San Miguel Concá dans celle d’Arroyo Seco.

Elles témoignent de la coexistence culturelle entre différents groupes sociaux et leur environnement et sont devenues une référence importante pour la poursuite de l’évangélisation et de la colonisation de la Californie, de l’Arizona et du Texas.

Les missions, en particulier les façades richement décorées des églises témoignent des efforts créatifs conjoints des missionnaires et des groupes autochtones, à la suite d’un échange de valeurs et d’influences. Elles témoignent aussi de la coexistence culturelle entre deux sociétés et l’environnement naturel. Les riches éléments iconographiques expriment le travail créatif et illustrent fidèlement la spiritualité et la vision des deux cultures.

Ces missions représentent les manifestations à la fois architecturales et artistiques les plus pertinentes de l’itinéraire franciscain d’évangélisation qui a conduit à la conquête et à l’évangélisation de la partie nord du Mexique. Elles montrent la persévérance des franciscains et leur capacité d’évangélisation de groupes ethniques isolés vivant dans des territoires inhospitaliers.

À lire aussi  Couvent du Christ à Tomar

L’emplacement ainsi que les caractéristiques et techniques formelles utilisées dans les Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont déterminés par trois éléments significatifs et communs : l’environnement naturel, le tracé urbain et l’ensemble religieux. Leur situation dans le système montagneux de la Sierra Gorda crée une interaction paysagère entre les éléments naturels et les éléments bâtis. Ces conditions ont été utilisées comme lignes directrices pour le plan de base de ces villes. De plus, les missions étaient utilisées comme moyen d’organiser les différentes populations indigènes, en créant un exemple de participation commune à la création d’un nouveau système d’aménagement urbain et de processus de construction. L’architecture des missions suit un schéma général commun, malgré quelques différences individuelles. Leurs caractéristiques évoquent les couvents du XVIe siècle. Elles comportent généralement un patio, un portail, une chapelle à ciel ouvert, des chapelles de procession et un cloître. On observe également quelques traits empruntés à l’art baroque mexicain des XVIIe et XVIIIe siècles, comme en attestent le plan cruciforme de l’église, la façade sculptée en stuc et l’utilisation d’enduit à la chaux à l’intérieur. Les édifices sont bâtis en pierre locale, avec un enduit en plâtre coloré.

Les Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont un patrimoine vivant qui préserve sa structure et son utilisation d’origine en tant que centres religieux de grande importance dans cette région. Ce sont aussi des espaces culturels qui permettent la reproduction et la continuité de traditions et de formes régionales vivantes. Les peuplements ruraux qui se sont développés à proximité des missions ont conservé leur caractère vernaculaire.

Critère (ii) : Les missions de la Sierra Gorda témoignent d’un échange d’influences considérable lors de l’évangélisation du centre et du nord du Mexique et de l’ouest des États-Unis.

Critère (iii) : Les cinq missions de la Sierra Gorda apportent un témoignage sur la rencontre culturelle entre les missions européennes et les populations nomades du centre du Mexique. Elles demeurent une illustration essentielle de cette deuxième phase d’évangélisation en Amérique du Nord.

Intégrité

Les ensembles religieux bâtis des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro préservent la composition de leurs éléments d’origine. L’architecture mixte de ces monuments est le résultat d’une nouvelle identité architecturale singulière typique de cette région, intégrée dans le paysage environnant. Ces ensembles ont été créés en tant qu’espaces pour le culte religieux et sont de nos jours également utilisés comme centres de diverses activités relatives à la culture des habitants. Ce patrimoine préserve sa principale utilisation, et ses caractéristiques d’origine n’ont pas été modifiées. Toutefois, la protection du cadre reste un important problème à résoudre à cause de l’expansion tentaculaire du développement urbain et rural.

À lire aussi  Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar

Authenticité

Les conditions d’authenticité des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro sont incarnées par le lien fort qui existe entre ces bâtiments et les caractéristiques et attributs de l’environnement naturel, ainsi que par l’originalité, la diversité et l’opulence du langage décoratif du baroque mexicain tel qu’il est représenté par les artisans indigènes sur les façades. Les critères de base de la conception de ces missions étaient déjà établis aux XVIe et XVIIe siècles. Tout en empruntant les principaux éléments à des édifices plus anciens, les missions leur donnent une nouvelle interprétation dans un contexte vernaculaire. L’originalité esthétique réside dans la décoration extérieure des églises, dont les thèmes et l’exécution sont fortement imprégnés des traditions autochtones. Les édifices ont été négligés et ont perdu certaines de leurs caractéristiques, en partie à cause de la rénovation des intérieurs selon un style néo-classique épuré au cours du XIXe siècle. La récente restauration des cinq missions repose sur des recherches exhaustives, et a été réalisée comme il convient par des équipes qualifiées. Les stratifications et les changements historiques ont été dûment respectés. Il a également été possible de mettre au jour et de réintégrer les motifs polychromes originaux des façades des églises.

Malgré cela, la planification architecturale ainsi que le plan, la composition iconographique des façades et les matériaux originaux utilisés dans les complexes des missions ont des valeurs qui perdurent. La fonction des missions va au-delà d’un espace utilisé simplement pour la tenue de cérémonies catholiques car ces missions sont toujours considérées comme une étape déterminante, le centre d’un environnement urbain, et aussi le symbole de l’identité de la communauté.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

À lire aussi  Ville historique de Sukhothaï et villes historiques associées

La protection juridique des Missions franciscaines de la Sierra Gorda de Querétaro est assurée par la législation et les normes juridiques en vigueur au niveau fédéral, de l’État et municipal. Cela inclut la Constitution des États-Unis mexicains, la loi générale sur les établissements humains, la loi générale sur l’équilibre écologique et la protection de l’environnement, la loi fédérale de 1972 sur les monuments et zones historiques, archéologiques et artistiques, et la Constitution de l’État libre et souverain de Querétaro de Arteaga. Les cinq villes et leurs Missions franciscaines de la Sierra Gorda sont délimitées par des zones principales de conservation et des zones tampons contrôlées par des juridictions de l’État et municipales. Il existe un programme de cogestion du bien qui fait intervenir diverses autorités au niveau fédéral, de l’État et local, ainsi que les groupes sociaux. L’objectif est de sauvegarder les monuments, les centres urbains et les espaces naturels où ils sont situés. De plus, les alentours des agglomérations et des espaces naturels sont contrôlés pour maintenir l’intégrité du cadre. Les travaux de restauration ont été réalisés régulièrement, ainsi que les projets relatifs à l’amélioration de l’image urbaine des localités. Le bien possède un plan de gestion. Ce Plan de gestion et de conservation des Missions franciscaines de la Sierra Gorda prévoit dans ses dispositions que les monuments historiques font partie de la vie quotidienne de la population et du territoire où ils sont situés, et qu’ils entretiennent des liens étroits avec les agglomérations voisines et l’environnement naturel. L’idée est aussi de favoriser le fonctionnement du corridor culturel – instrument opérationnel depuis 2005 et mis en œuvre avec le Plan de gestion de la réserve naturelle de biosphère de la Sierra Gorda, relevant du Programme MAB.

À long terme, il va être nécessaire de consolider la Commission pour la mise en œuvre du Plan de gestion et de conservation des Missions franciscaines de la Sierra Gorda, ainsi que son Bureau consultatif, pour poursuivre la systématisation des activités de gestion et améliorer le suivi du site.

© UNESCOhttps://whc.unesco.org/fr/list/1079″>Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Mis à jour le 13 octobre 2019 par Dico Voyage