Centre historique de Saint-Marin et mont Titano

Découvrir le Centre historique de Saint-Marin et mont Titano

Le centre historique de Saint-Marin et mont Titano couvre 55 hectares et comprend le mont Titano et le centre historique de la cité de Saint-Marin qui remonte à la fondation de la république en tant que cité-État au XIIIème siècle. Saint-Marin est inscrite en tant que témoignage de la continuité d’une république indépendante depuis la période médiévale. Le site inscrit comprend des tours de fortification, des murs d’enceinte, portes et bastions, ainsi que la basilique néo-classique du XIXème siècle, des couvents du XIV et XVIème siècles, le Palazzo Pubblico du XIXème siècle et le théâtre Titano du XVIIIème siècle. Le bien constitue un exemple de centre historique encore habité et conservant toutes ses fonctions institutionnelles. Grâce à sa position au sommet du mont Titano, la cité n’a pas été affectée par les transformations urbaines intervenues depuis l’avènement de l’ère industrielle jusqu’à nos jours.

© UNESCO http://whc.unesco.org/fr/list/1245  Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Le mont Titano ou mont Titan (en italien : Monte Titano) est un relief montagneux des Apennins qui s’élève à 739 m.

C’est la montagne principale de la république de Saint-Marin. Il en constitue souvent le symbole, du fait de sa grande extension par rapport aux dimensions modestes de l’État. Ses trois principaux sommets portent chacun d’eux les trois châteaux (ou tours) qui assurèrent la défense de la Ville de Saint-Marin : Guaita, Cesta et Montale (que l’on retrouve stylisés sur les armoiries de la république).

Il est constitué essentiellement de roches calcaires faiblement karstiques, dans lesquelles s’ouvrent quelques cavités de petite taille.

À lire aussi  Île de Mozambique

Selon la légende, un modeste tailleur de pierres du nom de Marin (originaire de l’île de Rab, en Dalmatie), fuyant les persécutions exercée à Rimini contre les chrétiens et initées par l’empereur Dioclétien, se serait réfugié là en ermite. Rejoint bientôt par d’autres persécutés, il aurait fondé sur les pentes de cette montagne une communauté de chrétiens à la date du 3 septembre 301 (le 3 septembre est ainsi devenu le jour de la fête nationale de l’État Saint-Marinais). Marin fut nommé diacre par l’évêque de Rimini à la suite de l’édit de tolérance de Constantin en 313, lorsqu’une patricienne romaine convertie au christianisme, du nom de Donna Felicissima, lui fit don du mont Titano, dont elle détenait jusque-là la propriété. La communauté ne sera considérée comme définitivement établie qu’après la mort du saint en 366, et ne tardera pas dès lors à constituer une entité politique totalement indépendante.

En 2008, le mont Titano est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

Mis à jour le 22 mars 2022 par Dico Voyage