Babylone

Ajouter un commentaire
Babylon

Situated 85 km south of Baghdad, the property includes the ruins of the city which, between 626 and 539 BCE, was the capital of the Neo-Babylonian Empire. It includes villages and agricultural areas surrounding the ancient city. Its remains, outer and inner city walls, gates, palaces and temples, are a unique testimony to one of the most influential empires of the ancient world. Seat of successive empires, under rulers such as Hammurabi and Nebuchadnezzar, Babylon represents the expression of the creativity of the Neo-Babylonian Empire at its height. The city’s association with one of the seven wonders of the ancient world—the Hanging Gardens—has also inspired artistic, popular and religious culture on a global scale.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Babylone

Situé à 85 km au sud de Bagdad, le bien réunit les ruines de la cité qui fut le centre de l’empire néo-babylonien entre 626 et 539 AEC ainsi que des villages et des zones agricoles entourant l’ancienne cité. Ces vestiges – murs d’enceinte extérieurs et intérieurs de la cité, portes, palais et temples – sont un témoignage unique de l’un des empires les plus influents du monde antique. Siège d’empires successifs, dirigés par des souverains tels que Hammurabi ou Nabuchodonosor, Babylone représente l’expression de la créativité de l’empire néo-babylonien à son apogée. Le lien de la cité avec l’une des Sept Merveilles du monde antique – les Jardins suspendus de Babylone – a par ailleurs inspiré la culture artistique, populaire et religieuse au plan mondial.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

بابل

 يقع موقع بابل الأثري على بعد 85 كم جنوب بغداد، ويتكون من آثار المدينة التي كانت، بين عامي 626 و539 قبل الميلاد، مركز الإمبراطورية البابلية الحديثة، وذلك إلى جانب عدد من القرى والمناطق الزراعية المحيطة بالمدينة القديمة. وتقدم هذه الآثار – الأسوار الداخلية والخارجية للمدينة، والأبواب، والقصور، والمعابد – شهادة فريدة على واحدة من أكثر الإمبراطوريات نفوذاً في العالم القديم. كانت بابل مقراً لعدد من الإمبراطوريات المتعاقبة، بقيادة حكام مثل السلطان حمورابي أو الملك نبوخذ نصر. وتجسّد بابل إبداع الإمبراطورية البابلية الحديثة في أوجها. وكان لارتباط المدينة بواحدة من عجائب الدنيا السبع في العالم القديم – حدائق بابل المعلقة –  تأثيراً على أشكال الثقافة الفنية والشعبية والدينية على مستوى العالم.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

巴比伦

该遗址位于巴格达以南85公里处,由新巴比伦王国(公元前626-539年)首都遗迹及古城周围的村庄和农地组成。这些独一无二的旧址(城外及城内的塔楼、城门、宫殿和庙宇)见证了世界上最具影响力的古国之一曾经的辉煌。巴比伦城历经汉谟拉比、纳布乔多诺索尔等君主的统治,代表着新巴比伦王国时代创造力的巅峰。此外,其与古代世界7大建筑奇迹中的空中花园的联系启迪了世界各地艺术、民俗和宗教文化的发展

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Вавилон

Расположенный в 85 километрах к югу от Багдада, этот объект Всемирного наследия включает руины древнего города Вавилон, центра Нововавилонского царства, существовавшего в период с 626 по 539 гг. до н. э., а также прилегающие деревни и сельскохозяйственные районы. Его остатки, внешние и внутренние городские стены, ворота, дворцы и храмы являются уникальным свидетельством существования одной из самых влиятельных империй древнего мира. Будучи местом правления преемственных династий во главе с такими правителями, как Хаммурапи и Навуходоносор, Вавилон олицетворяет пик развития творчества Нововавилонского царства. Связь города с одним из семи чудес древнего мира – Висячими садами Семирамиды – также послужила источником вдохновения для формирования художественной, популярной и религиозной культур в глобальном масштабе.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Babilonia

Situado a 85 km al sur de Bagdad, este sitio agrupa los vestigios arqueológicos de la ciudad que fue capital del antiguo Imperio Neobabilónico entre los años 626 y 539 a. C., así como de los pueblos y terrenos agrarios circundantes. Formados por los restos de templos, palacios y torres y puertas de los recintos amurallados del interior y exterior de la ciudad, los vestigios de Babilonia constituyen un testimonio simpar de uno de los imperios más poderosos de la Antigüedad, encabezado sucesivamente por soberanos como Hamurabi o Nabucodonosor, y también son una expresión de la creatividad excepcional del arte neobabilónico en su apogeo. Los Jardines Colgantes de las murallas de Babilonia, considerados una de las Siete Maravillas del mundo antiguo, han sido una fuente de inspiración para la cultura artística, popular y religiosa a nivel mundial.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Babylone est un site archéologique qui constitue un témoignage unique de l’un des empires les plus influents du monde antique. Un des plus grands et des plus anciens établissements humains de Mésopotamie et du Moyen-Orient, elle fut le siège de puissants empires successifs dirigés par des souverains célèbres tels que Hammurabi et Nabuchodonosor. Capitale de l’empire néobabylonien (626-539 av. J.-C.), elle est le témoignage le plus exceptionnel de cette culture à son apogée et représente l’expression de la créativité de cette civilisation à travers son urbanisme singulier, l’architecture de ses monuments (religieuse, palatiale et défensive) et leur expression ornementale du pouvoir royal. Le rayonnement de Babylone ne fut pas seulement politique, technique et artistique dans toutes les régions du Proche et du Moyen-Orient antiques, elle laissa également un héritage scientifique considérable dans les domaines des mathématiques et de l’astronomie.

En tant que site archéologique, Babylone possède des associations culturelles et symboliques exceptionnelles de valeur universelle. Le bien représente les vestiges tangibles d’un mythe aux multiples facettes qui fonctionne depuis plus de deux mille ans en tant que modèle, parabole, bouc émissaire et symbole. Babylone figure dans les textes religieux et les traditions des trois religions abrahamiques et a toujours été une source d’inspiration pour les œuvres littéraires, philosophiques et artistiques. Les bâtiments et autres caractéristiques urbaines contenus dans les délimitations du bien (murs d’enceinte extérieur et intérieur de la cité, portes, palais, temples, y compris la ziggourat, qui servit probablement d’inspiration à la tour de Babel, etc.) incluent tous ses attributs comme témoignages uniques de la civilisation néobabylonienne, en particulier sa contribution à l’architecture et à l’urbanisme. Environ 85 % du bien n’est pas mis au jour et revêt une importance primordiale pour soutenir la valeur universelle exceptionnelle du bien grâce à la poursuite de la conservation et des recherches.

Critère (iii) : Babylone date du IIIe millénaire av. J.-C. et fut le siège de puissants empires successifs dirigés par des souverains célèbres tels que Hammurabi et Nabuchodonosor. En tant que capitale de l’empire néobabylonien (626-539 av. J.-C.), elle est le témoignage le plus exceptionnel de cette culture à son apogée et représente l’expression de la créativité de cette civilisation pendant cette période très riche de création architecturale et urbaine.

L’héritage culturel de Babylone a été renforcé par les réalisations culturelles antérieures akkadiennes et sumériennes, notamment le système d’écriture cunéiforme, outil essentiel pour la connaissance actuelle de l’histoire et de l’évolution de la région en général et de Babylone en particulier. Babylone a exercé à son tour une influence politique, scientifique, technologique, architecturale et artistique considérable sur les autres établissements humains de la région et sur les périodes historiques successives de l’Antiquité.

Critère (vi) : Babylone a servi de modèle, de parabole et de symbole du pouvoir ancien pendant plus de deux mille ans et inspire la culture artistique, populaire et religieuse au plan mondial. Les récits sur Babel trouvent des références dans les textes religieux des trois religions abrahamiques. D’après les œuvres des historiens grecs, Babylone était lointaine, exotique et extraordinaire. Les textes classiques attribuent deux des Sept Merveilles du monde à Babylone : la tour de Babel et les jardins suspendus. Les deux sont emblématiques et ont leur origine dans de véritables anciennes structures dont les traces archéologiques sont encore conservées : la ziggourat Etemenanki et le complexe palatial de Nabuchodonosor.

Intégrité

Les délimitations du bien comprennent l’enceinte extérieure de la capitale néobabylonienne. Ces limites sont bien marquées par les vestiges des fortifications sous forme de monticules visibles au sol et elles sont également confirmées par des fouilles archéologiques. Les édifices et autres caractéristiques urbaines présentes au sein du bien comprennent tous les vestiges archéologiques de l’époque d’Hammurabi à la période hellénistique, et spécialement les caractéristiques urbanistiques et architecturales de la période néo–babylonienne, pendant laquelle la cité fut au sommet de sa puissance et de sa gloire. Ces caractéristiques représentent l’éventail complet des attributs du bien en tant que témoignage unique de la civilisation néo–babylonienne, et le fondement matériel de ses associations culturelles et symboliques.

Le bien pâtit d’une série de menaces comprenant des constructions illégales, la décharge et l’incinération de déchets, une pollution industrielle à petite échelle, des empiétements urbains et d’autres facteurs environnementaux. Au moment de l’inscription, et malgré les efforts de conservation entrepris depuis 2008 avec la collaboration internationale, le tissu physique général du site est dans un état critique et manque d’une approche bien définie et programmée en matière de conservation. Les reconstructions et altérations structurelles du Projet de renaissance de Babylone et d’autres constructions des années 1980 ont affecté l’intégrité du bien de manière négative. Si les constructions du XXe siècle sont exclues du bien et servent maintenant de zones tampons au-dessus du niveau du sol dans la zone du bien, leur future gestion au sein de l’ensemble du bien sera cruciale pour la préservation des conditions fragiles d’intégrité.

Authenticité

Certains éléments physiques du site sont vus comme posant problème sur le plan de l’authenticité, par exemple les reconstructions basées sur les fondations archéologiques, qui visaient à rendre les vestiges archéologiques limités plus visibles pour les visiteurs, ainsi que les interventions effectuées au sein du bien au XXe siècle. Toutefois, ces ajouts sont dans la plupart des cas discernables des vestiges d’origine. Bien que la question de savoir si ceux-ci ont réellement affecté la lisibilité de l’organisation spatiale du noyau urbain reste discutable, les limites des enceintes intérieure et extérieure de la cité restent perceptibles aujourd’hui et environ 85 % du bien n’a pas été fouillé. L’authenticité de ces vestiges est très vulnérable en raison de l’état de conservation critique du bien.

Concernant les parties reconstruites, l’authenticité du bien au-dessus du niveau du sol est problématique. Si toutes les autres constructions du XXe siècle ont été exclues du bien et couvertes par des zones tampons au-dessus du niveau du sol, le nombre exceptionnellement élevé de reconstructions et le fait que certaines d’entre elles étaient des reconstructions presque intégrales fondées sur de très rares vestiges archéologiques constituent une partie regrettable de l’histoire du bien. La hauteur et la conception de ces reconstructions sont donc basées sur des conjectures plutôt que sur des éléments scientifiques ou archéologiques. Ces aspects relatifs au volume du monument reconstruit et les ajouts apportés lors de restaurations successives ont effectivement affecté la capacité de certaines parties du bien à communiquer une authenticité de forme et de conception s’agissant de ces vestiges archéologiques. De même, l’authenticité de ces monuments est limitée sur le plan des matériaux et de la substance en raison de l’introduction de nouveaux matériaux.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien relève de la loi n° 55 de 2002 sur les antiquités et le patrimoine iraquiens, qui vise à protéger, conserver et gérer tous les sites archéologiques d’Iraq. Cette loi concerne également les relevés, les fouilles et la documentation de tous les sites archéologiques et leur présentation au public. La loi est appliquée par le Conseil national des antiquités et du patrimoine, organisme placé sous l’autorité du ministère de la Culture, du Tourisme et des Antiquités. Au niveau provincial, la direction des antiquités et du patrimoine de Babil est directement responsable pour garantir la conservation, la gestion et le suivi du bien. Elle travaille en collaboration avec la police des antiquités et du patrimoine, dont un poste est situé à proximité du site.

L’état de conservation du bien est très préoccupant et constitue un péril avéré en l’absence d’une approche de conservation programmée et coordonnée et d’interventions prioritaires urgentes. Un plan de gestion a été élaboré dans le cadre d’un processus de consultation approfondie avec les parties prenantes locales et nationales depuis 2011 et officiellement approuvé en 2018. Les gouvernements fédéral et provincial ont tous deux engagé des niveaux de financement suffisants pour que le bien soit conservé, étudié et aménagé en vertu des normes internationales pour les visiteurs, tout en protégeant sa valeur universelle exceptionnelle. Il est essentiel que les principes généraux énoncés dans le plan soient ensuite traduits en actions concrètes sur site, en accordant la priorité à la conservation afin de prévenir les dommages immédiats pouvant survenir à tout moment, en particulier en cas de précipitations.

© UNESCO – Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Laisser une réponse