Fanjingshan

Ajouter un commentaire
Fanjingshan

Located within the Wuling mountain range in Guizhou Province (south-west China), Fanjingshan ranges in altitude between 500 metres and 2,570 metres above sea level, favouring highly diverse types of vegetation and relief. It is an island of metamorphic rock in a sea of karst, home to many plant and animal species that originated in the Tertiary period, between 65 million and 2 million years ago. The property’s isolation has led to a high degree of biodiversity with endemic species, such as the Fanjingshan Fir (Abies fanjingshanensis) and the Guizhou Snub-nosed Monkey (Rhinopithecus brelichi), and endangered species, such as the Chinese Giant Salamander (Andrias davidianus), the Forest Musk Deer (Moschus berezovskii) and Reeve’s Pheasant (Syrmaticus reevesii). Fanjingshan has the largest and most contiguous primeval beech forest in the subtropical region.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Fanjingshan

Situé dans la chaîne de montagnes de Wuling, dans la province du Guizhou (sud-ouest de la Chine), Fanjingshan se caractérise par une amplitude altitudinale qui va de 2 570 à 500 m au-dessus du niveau de la mer, ce qui favorise l’existence de types de végétation et de relief très diversifiés. C’est une île de roches métamorphiques dans un océan de karst qui abrite encore de nombreuses espèces animales et végétales dont l’origine remonte au tertiaire, il y a entre 65 millions et deux millions d’années. L’isolement a favorisé un haut degré de biodiversité avec des espèces endémiques, comme le sapin de Fanjingshan (Abies fanjingshanensis) et le rhinopithèque jaune doré du Guizhou (Rhinopithecus brelichi), ou menacées, comme la salamandre géante de Chine (Andrias davidianus), le porte-musc nain (Moschus berezovskii) ou le faisan vénéré (Syrmaticus reevesii). Fanjingshan abrite la forêt primaire de hêtres la plus vaste et la plus continue de la région subtropicale.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le bien du patrimoine mondial de Fanjingshan qui se trouve dans le sud-ouest de la Chine, couvre une surface totale de 40 275 ha entièrement entourée d’une zone tampon de 37 239 ha. De par son emplacement, Fanjingshan jouit d’un climat de mousson et est une importante source d’eau pour les paysages alentours et au-delà, avec une vingtaine de rivières et de cours d’eau qui alimentent les systèmes hydrologiques du Wu Jiang et du Yuan Jiang qui se jettent tous deux dans le fleuve Yang-Tsé.

Le bien comprend deux parties, à savoir l’écorégion des forêts sempervirentes subtropicales de Jian Nan (64 %) et l’écorégion des forêts de feuillus et des forêts mixtes du plateau du Guizhou (36 %). Le plus haut sommet, le mont Fenghuangshan, s’élève à 2 570 m au-dessus du niveau de la mer et le gradient altitudinal du bien est supérieur à 2 000 m. La stratification verticale de la végétation qui en résulte correspond à trois grandes zones de végétation altitudinale : une forêt de feuillus sempervirente (<1 300 m), une forêt mixte de feuillus sempervirente et décidue (1 300-2 200 m) et une forêt mixte décidue de conifères, de feuillus et de brousse (>2 200 m).

Fanjingshan est une île de roches métamorphiques dans un océan de karst qui abrite d’innombrables espèces végétales et animales anciennes et reliques dont l’origine remonte au Tertiaire, il y a de cela entre 65 millions et deux millions d’années. Les caractéristiques géologiques et climatiques du bien ont conditionné sa flore qui se comporte comme si elle était sur une île. Cela a produit un fort taux d’endémisme avec, en tout, 46 espèces végétales localement endémiques, quatre espèces de vertébrés endémiques et 245 espèces d’invertébrés endémiques. Les espèces endémiques les plus remarquables sont le sapin de Fanjingshan (Abies fanjingshanensis – EN) et le rhinopithèque jaune doré du Guizhou (Rhinopithecus brelichi – EN), tous deux ayant le bien comme unique habitat. Trois espèces de Fagus (F. longipetiolata, F. lucida, et F. engleriana) sont les espèces dominantes de ce qui est considéré comme la plus vaste forêt de hêtres primaire de la région subtropicale.

Au total, 3 724 espèces végétales ont été recensées dans le bien, soit un impressionnant 13 % de toute la flore chinoise. Le bien se révèle exceptionnellement riche en bryophytes et est en même temps l’un des centres de distribution de gymnospermes en Chine. La diversité des invertébrés y est aussi très élevée avec 2 317 espèces. Le bien abrite en tout 450 espèces de vertébrés. Fanjingshan est le seul habitat au monde du sapin de Fanjingshan et du rhinopitèque jaune doré du Guizhou ; il compte par ailleurs 64 espèces végétales et 38 espèces animales classées dans les catégories menacées à l’échelle mondiale, comme l’arbre Bretschneidera sinensis (EN), la salamandre géante de Chine (Andrias davidianus – CR), le porte-musc nain (Moschus berezovskii – EN), le faisan vénéré (Syrmaticus reevesii – VU) et l’ours noir d’Asie (Ursus thibetanus – VU).

Critère (x) : Fanjingshan se caractérise par une richesse exceptionnelle en bryophytes, avec 791 espèces, dont 74 sont endémiques en Chine. Le bien possède aussi l’une des plus riches concentrations de gymnospermes au monde, avec 36 espèces. Il compte un nombre significatif d’espèces endémiques : 46 espèces endémiques locales et 1 010 espèces de plantes endémiques chinoises, ainsi que quatre espèces endémiques de vertébrés au niveau local. Le plus remarquable d’entre eux est le rhinopithèque jaune doré du Guizhou en danger qui vit à Fanjingshan et nulle part ailleurs dans le monde. De même, la distribution d’une autre espèce endémique importante, le sapin de Fanjingshan, se limite à ce bien.

Le bien contient 64 espèces végétales et 38 espèces animales classées dans la catégorie Vulnérable (VU), En danger (EN) ou En danger critique d’extinction (CR) sur la Liste rouge de l’UICN, notamment le rhinopithèque jaune doré du Guizhou, la salamandre géante de Chine, le porte-musc nain, le faisan vénéré, l’ours noir d’Asie et l’arbre Bretschneidera sinensis.

Intégrité

Le bien comprend trois aires contiguës : la Réserve naturelle nationale de Fanjingshan, la Réserve naturelle provinciale du Yinjiang Yangxi et une petite partie de la forêt nationale non commerciale. Il se comporte comme une île biogéographique et est relativement petit, toutefois lors de l’inscription, il est d’une taille suffisante pour assurer la représentation complète des habitats clés et des populations viables qui en transmettent l’importance. Les limites du bien et de sa zone tampon sont clairement établies. Le bien couvre tous les éléments floristiques locaux importants et est d’une taille suffisante pour englober tout l’habitat connu du rhinopithèque jaune doré du Guizhou. Le maintien d’une bonne connectivité écologique entre les différents types d’aires protégées qui composent le bien sera crucial pour la viabilité des populations d’espèces menacées appartenant à des catégories isolées et très restreintes.

La Réserve naturelle nationale de Fanjingshan est aussi une réserve de biosphère de l’UNESCO. Il sera important de rationaliser autant que possible les zones de la réserve de biosphère pour qu’elles correspondent aux limites du bien et de sa zone tampon afin de rendre la protection et la gestion plus efficaces.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Toutes les terres du bien appartiennent à l’État partie qui en assure la réglementation. Le bien est protégé par une législation complète à l’échelle nationale et provinciale qui s’applique aux réserves naturelles nationales et provinciales, ainsi qu’à la petite partie de forêt nationale non commerciale dont se compose le bien. Par ailleurs, la majeure partie de la zone tampon et ses environs jouissent de différents niveaux de protection juridique dans la mesure où ils font partie des parcs provinciaux. De plus, les villages établis à l’intérieur du bien et de sa zone tampon ont chacun leur propre règlement qui prescrit certains comportements respectueux de l’environnement naturel de la montagne.

Trois principaux organes de gestion sont responsables du bien, à savoir l’Administration de la Réserve naturelle nationale de Fanjingshan, l’Administration de la Réserve naturelle provinciale de Yinjiang Yangxi et le Département des forêts. En mars 2018, le Ministère des Ressources naturelles a été officiellement créé en Chine. Toutes les aires protégées de Chine répondent maintenant à des modalités fixées dans le cadre d’un système de gestion unifié par l’Administration des prairies et des forêts nationales qui relève du Ministère. En août 2017, la Commission institutionnelle du Gouvernement populaire de la province du Guizhou a approuvé la création du Bureau de protection et de gestion du patrimoine naturel de Fanjingshan chargé d’assurer la gestion unifiée du bien et de sa zone tampon.

Il existe d’autres plans pertinents pour la gestion de chacune des aires protégées qui composent le bien (excepté la forêt nationale non commerciale), pour le développement de l’écotourisme de la Réserve naturelle nationale de Fanjingshan du Guizhou et pour la conservation du rhinopithèque jaune doré du Guizhou. Ces plans tiennent également compte dans une certaine mesure des menaces à l’extérieur des limites du bien, là où les aires protégées qui en sont les éléments constitutifs s’étendent au-delà de ces limites.

Les niveaux actuels d’effectifs, bien que relativement faibles, sont jugés suffisants au moment de l’inscription, en partie grâce à la collaboration avec la police locale et à la petite partie du bien qui est ouverte au public. Un système de surveillance est actuellement mis en place pour contrôler les visiteurs, la qualité de l’environnement, les catastrophes naturelles, l’activité humaine et les villages. Le bien est relativement petit avec des populations d’espèces vulnérables et gravement menacées, et il sera important de gérer avec prudence la demande touristique croissante pour éviter des impacts négatifs sur la valeur universelle exceptionnelle.

Il y a plusieurs villages dans le bien et la zone tampon, et un programme de compensation et de relocalisation volontaire est entré en vigueur afin de réduire la population permanente à l’intérieur du bien. Il sera essentiel de faire en sorte que toute relocalisation soit totalement volontaire et conforme aux politiques en application de la Convention du patrimoine mondial et aux normes internationales pertinentes, y compris aux principes du consentement libre, préalable et éclairé, à la consultation effective, à la juste compensation, à l’accès aux avantages sociaux et à la formation, et à la préservation des droits culturels.

© UNESCO – Le Centre du Patrimoine mondial. Tous droits réservés.

Laisser une réponse